OGM : pour une évaluation indépendante


Lylian LE GOFF Médecin, environnementaliste, responsable du dossier OGM pour FNE…( vu dans le journal Metro 15-02-2009)

L‘avis rendu récemment par l’Afssa (Agence de sécurité sanitaire des aliments), selon lequel le maïs OGM Monsanto
810 est sans risque pour la santé, paraît opportunément quelques jours
avant que la France doive justifier devant la Commission européenne sa
décision de suspendre les cultures commerciales de ce maïs insecticide.
Cette clause de sauvegarde a été activée le

9 février 2008 en fonction des
travaux du Haut Conseil provisoire des biotechnologies, créé au
lendemain du Grenelle de l’environnement, qui ont fait apparaître que
l’on n’avait pas tenu compte d’effets toxiques sur la faune et la
flore, de distances de dissémination très sous- évaluées, de
l’insuffisance des protocoles d’évaluation des risques.On ne peut affirmer que les OGM expertisés en l’état sont sans danger :
en fait, il est impossible de conclure à leur innocuité car les seules
études toxicologiques – confidentielles – sont fournies par le
fabricant de l’OGM expertisé ! Ce sont des travaux pluridisciplinaires,
contradictoires et indépendants comme ceux du Haut Conseil provisoire
qui font apparaître des “anomalies”.

Cette expertise controversée de
l’Afssa survient après un avis du même ordre, non argumenté, de l’AESA
(Agence européenne de sécurité alimentaire) qui incite José Manuel
Barroso, président de la Commission européenne, à demander la levée des
interdictions française, autrichienne, grecque et hongroise sur les
cultures d’OGM. Trop, c’est trop ! Je suis scandalisé de constater à
quel point on ose affirmer l’absence de risques alors que l’on ne se
donne pas les moyens de les mettre en évidence. Pour ce faire, il faut
des moyens logistiques et budgétaires pour mener des contre-expertises,
à la fois dans les domaines sanitaire, environnemental et
socioéconomique. Cette instance d’expertise indépendante est inscrite
dans le projet de loi Grenelle 1.

Trop, c’est trop ! Je suis
scandalisé de constater qu’une fois de plus des intérêts privés tendent
à l’emporter sur le bien commun – la santé, l’intégrité de
l’environnement et des territoires – et une recherche publique
indépendante. Or, la voie a été tracée le 20 octobre 2008 par le
Conseil européen des ministres de l’Environnement qui, à l’unanimité,
s’est prononcé en faveur du “renforcement et de l’harmonisation des
méthodes d’évaluation des risques des OGM en Europe”. Il ne faudrait
pas ajouter un déni de démocratie au fait de bafouer les principes de
précaution et de responsabilité.

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s