Billet N°40: Voyage au Brésil aout 2008 : FORTALEZA…


LUNDI 25 AOUT : DECOUVERTE DE FORTALEZA

  • Dès
    le matin, je me mets à la recherche d’un distributeur de billets puis
    d’une Banco do Brasil pour y verser le prix des billets d’avion sur le
    compte de José Mauricio.

  • Un
    petit tour sur la plage de Meireles proche de l’hôtel pour profiter du
    soleil ; c’est une grande plage assez belle mais ce qui gâche un peu ce
    sont les immenses immeubles de 30 à 40 étages le long du bord de mer (
    hôtels et appartements). Je suis dans une grande ville… ça me fait
    penser à la Côte d’Azur , c’est dire..

  • Fortaleza
    ,avec ses 3,3 millions d’habitants ( si l’on inclut la banlieue) , est
    l’une des plus grandes villes du Brésil et un véritable « aimant »
    économique pour les habitants du Cearà et des états voisins. Elle
    attire touristes brésiliens et étrangers qui viennent pour ses plages
    et son atmosphère festive; la vie nocturne y est trépidante!

  • Etant
    donné son isolement, Fortaleza est une ville étonnament étendue : elle
    s’étend sur 20km de littoral et jusqu’à 10km vers l’intérieur des
    terres.

Un peu d’histoire :

  • Le
    navigateur espagnol Vicente Yañez Pinzòn aurait accosté à Praia
    Mucuripe en Février 1500 , deux mois avant que les Européens ( par
    Pedro Alvares Cabral) découvrent officiellement le Brésil.

  • Les
    premières tentatives de colonisation portugaise, début du XVIIème
    siècle , ne firent pas long feu. Ce furent les Hollandais qui fondèrent
    ce qui allait devenir Fortaleza en construisant le fort Schoonenborch
    en 1637. Quand ils abandonnèrent leurs possessions en 1654, les
    Portugais rebaptisèrent le fort du nom de Fortaleza de NS da Assunção.
    La ville se développa autour du fort dont elle prit le nom. La
    résistance des amérindiens freina la colonisation de l’arrière-pays du
    Cearà par les Portugais jusqu’au XVIIIème siècle, époque à laquelle des
    éleveurs puis les planteurs de coton, occupèrent le territoire.
    Fortaleza prit son essor au XIX ème siècle, grâce aux exportations de
    coton. Depuis longtemps, la sécheresse de l’arrière-pays et la
    croissance du commerce et de l’industrie attirent un flux constant de
    migrants. Depuis le début des années 1990, le tourisme, l’industrie du
    textile et de l’agro-alimentaire se sont développés.

  • Le quartier du Centro, le plus ancien de la ville ,se tient sur un petit promontoire qui s’élève à 200m du front de mer.

  • Fortaleza est une ville moderne, tracée au carré, polluée par un trafic automobile important.

  • Mon hôtel est dans le quartier balnéaire habité par la classe moyenne, près de la plage de Meireles.

  • Devant
    les plages, l’équivalent de la « promenade des anglais »; tout le monde
    court ou marche le long des plages; d’ailleurs un parcours de jogging y
    est notifié ( de 3km).
  • On
    y croise riches dans de grands hôtels de luxe au pied desquels parfois,
    on trouve des miséreux endormis… C’est une image que je garde en
    mémoire: un hôtel luxueux , de superbes voitures et en bas , un
    mendiant allongé sur le sol……On est très vite sollicité par les
    marchands ambulants sur la plage et les mendiants. Bref, ce n’est pas
    la ville où je resterais en villégiature..

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s