Grenelle de la mer : FNE signera-t-elle les engagements ?


Grenelle de la mer : FNE signera-t-elle les engagements ?

Vendredi 10 juillet, se tiendra la table ronde finale du
Grenelle de la mer. A deux jours de l’échéance, FNE et ses associations
membres s’inquiètent de l’issue finale de cette nouvelle négociation à
cinq (Etat, élus, entreprises, syndicats et associations). Si les
débats ont permis de passer en revue l’essentiel des multiples dossiers
« mer & littoral », FNE regrette l’orientation passablement «
productiviste » des propositions qui, pour reprendre le titre du groupe
de travail n°2*, ont parfois davantage porté sur le « potentiel » des
mers que sur les moyens de lutter contre les « menaces » qui les
accablent.

Quelques points de satisfaction

Parmi les avancées qui pourraient sortir de ce Grenelle marin, on peut
espérer le lancement d’une vraie stratégie par laquelle la France
s’assume comme 2e puissance maritime mondiale. On note également une
série de mesures nationales très attendues : la réduction des
pollutions d’origine terrestre (80% du problème) et du volume de
déchets rejetés à la mer, le renforcement de la protection des milieux
naturels côtiers, à terre et en mer, avec l’objectif d’un « tiers
sauvage » sur le littoral, l’accélération des énergies nouvelles
marines, l’application de la loi littoral dans les territoires
d’outre-mer, la création d’une filière professionnelle des métiers de
la protection de la mer…

Des inquiétudes sur les moyens financiers

Toutefois, la concrétisation des mesures de ce Grenelle nécessite des
moyens financiers considérables qui doivent être précisés : quels
crédits pour la recherche en écologie-biologie, quels moyens pour la
préservation de la biodiversité marine ? Quels outils pour assurer le
contrôle systématique des navires ?…

Pour Christian Garnier, Vice-président de FNE : « Notre
fédération n’a cessé de poser la question pratique des moyens
financiers et des calendriers. Sachant que les finances publiques sont
dans une mauvaise passe, mais aussi pour des raisons d’équité, FNE a
proposé des réponses concrètes, avec l’application systématique du
principe pollueur-payeur, et la taxation et la tarification des usages
commerciaux et de l’exploitation de la mer et de ses ressources. Il n’y
a aucune raison pour que le transport maritime ou l’exploitation des
fonds marins ne payent pas de taxes ni de droits d’usage significatifs.
Ce principe doit aussi être porté à l’échelon international. En
attendant, il n’est pas évident qu’on arrive à faire fonctionner cela
rapidement dans les 200 milles de notre propre zone économique exclusive
».

Des inquiétudes sur des développements qui paraissent dangereux

Il est fortement question de massifier les flux de transport maritime,
de faire appel à des navires géants et de construire pour eux des ports
en pleine mer (« offshore »), de poursuivre les aides à la pêche sans
contrepartie significative lisible, de poursuivre l’augmentation du
parc de bateaux de plaisance sans lutter contre les bateaux ventouses,
d’extraire du fonds des mers diverses ressources dans des milieux
méconnus et fragiles… « Il ne faudrait pas que la mer « nouvelle frontière » devienne un nouveau « far-west », ce qu’elle a déjà tendance à devenir », déclare Denez Lhostis, pilote de la mission Mer à FNE.

Des soucis quant à une diplomatie à la hauteur des enjeux

Pour Cendrine Templier : « en ce qui concerne le domaine
maritime, plus que pour n’importe quel autre enjeu environnemental, les
négociations internationales sont essentielles. Directives européennes,
Arctique, chasse à la baleine, réforme de l’OMI**… : les dossiers ne
manquent pas. Les services de l’Etat doivent disposer des ressources
nécessaires pour conduire un lobbying efficace et peser dans les débats
qui décideront de l’avenir des océans. Ce n’est pas le cas à l’heure
actuelle.
»

Un Grenelle de la mer réussi ?

FNE jugera la réussite de ce Grenelle sur la concrétisation d’un certain nombre de dossiers : citons entre autres
– La mise en place de tarifications et de pénalités, dans les
différents secteurs marins (navigation, pêche, atteintes aux milieux
littoraux ou marins naturels…) ;

– L’éco-conditionnalité des aides publiques (mise en place et
application de normes réellement efficaces en faveur de
l’environnement) ;

– Des moyens nouveaux pour le contrôle des différentes activités en mer
(renforcement des CROSS, élargissement des prérogatives de police en
mer à de nouveaux acteurs, nouveaux équipements comme les avions
POLMAR…) ;

– La mise en œuvre d’un vrai programme de recherche ambitieux, avec des
crédits alloués notamment à la taxinomie, l’éco-toxicologie, la
recherche sur les écosystèmes, avec la mutualisation des connaissances,
avec l’interdisciplinarité et la coopération du monde scientifique avec
les acteurs de terrain (associations, pêcheurs…) ;

– le déploiement des efforts de protection du littoral et de la mer et pas seulement en direction du « développement » ;

– La mise en œuvre de moyens nouveaux pour l’outre-mer, en particulier pour connaître et préserver mangroves, récifs, lagons… ;

– L’articulation des questions sociales et d’équité (pêche, transports,
tourisme, aquaculture…) avec les questions environnementales
(qualification et conditions décentes pour les équipages, protection
des espèces, des milieux, des ressources et des cultures
traditionnelles respectueuses de l’environnement).

Vendredi soir, il faudra que l’on y voie plus clair et que
l’environnement tire son épingle d’un jeu où les intérêts financiers
sont considérables. C’est la condition nécessaire pour que FNE puisse
apposer sa signature au bas des engagements qui seront actés.

Advertisements
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s