Vacances à Barjac dans le Gard:8-18 mai: CHAPITRE VII: journée a barjac et randonnee vers Bessas mardi 12 mai


 

CHAPITRE VII: journée a barjac et randonnee vers Bessas mardi 12 mai

 

 

Nous décidons de passer une journée plus calme. Le matin, nous partons en balade à pied vers Bessas , nous suivons un chemin de petite randonnée d’environ 4-5kms à travers champs.

Nous croisons de belles plantes..

La SAUGE des PRES ou SAUGE SAUVAGE ou salvia pratensis de la famille des labiacées

Cette plante vivace , pousse jusqu’à 1500m d’altitude, sur les bords des champs, chemins , sur les sols calcaires ou volcaniques.

Elle mesure de 30 à 80cm; sa floraison a lieu de mai à août.

 

 

Les fleurs mesurent 2 à 3cm de long. La corolle possède 2 lèvres: La lèvre supérieure est longue , en forme de faucille; la lèvre inférieure est trilobée. La fleur possède 2 étamines cachées par la lèvre inférieure.

Les feuilles contiennent des substances toniques, antispasmodiques et antisudorifiques. Les jeunes feuilles cueillies au printemps peuvent être consommées en légumes.

 

 

ORCHIDEE

 

 

Nous longeons La Chantabre

 

 

Un papillon blanc

 

 

 

 

 

 

Nous marchons le long des chemins , nous arrêtant sur le bord de la rivière, découvrant les exploitations viticoles. Nous discutons avec un viticulteur qui est en train d’élaguer ses vignes.

Nous retournons sur Barjac

 

 

L’après-midi, nous nous installons sur l’esplanade de Barjac où se réunissent tous les joueurs de pétanque de la ville et des environs. Les joueurs viennent discuter avec nous; en particulier, Pierre , un vieux monsieur de 80 ans qui nous raconte sa vie. Il vit à Bessas, il était dirigeant de la coopérative viticole. Son fils élève des chèvres à Bessas et fait du fromage de chèvre . Il nous raconte tous les petites histoires de Barjac pendant 2 bonnes heures.

A côté de l’esplanade, se trouve le Syndicat de tourisme, où j’ai découvert le nombre impressionnant de courriers qui ont pu être adressé suite au film « nos enfants nous accuseront ».

D’ailleurs, on nous explique que , maintenant, un certain nombre de touristes viennent suite au film ( comme nous deux ).

Seulement, les gens s’attendent à un village bio mais en fait, un seul petit magasin bio ( un biocoop devrait s’ouvrir prochainement) , un glacier dont certains parfums sont issus de fruits biologiques et un salon de thé bio.

D’ailleurs, c’est là que nous allons cet après – midi-là.

Assises en terrasse, nous dégustons un thé accompagné de gâteaux faits maisons avec des fraises succulentes.

 

 

 

Le soleil tape dur sur nos épaules déjà bien brunies !!

 

Il est dommage que , pour le moment, la municipalité n’est pas développé plus en avant le côté écologique de la ville. Le maire Mr Chaulet part souvent dans d’autres villes et aussi à l’étranger ( le film tourne en ce moment en Belgique) pour donner des conseils; ce qui est bien mais il serait nécessaire de développer le concept au sein même de Barjac, au risque sinon, dès que le « soufflé » sera retombé de perdre cette occasion de faire connaître la ville et sa région. Pourquoi pas développer le bio au niveau de la Communauté d’Agglomération, voir avec les agriculteurs s’ils seraient intéressés par la réception de randonneurs à qui montrer la manière de travailler.

Il semblerait qu’après la sortie du film , certains agriculteurs conventionnels se soient sentis « accusés », « mis à l’index » alors que je trouve qu’ils sont plutôt victimes du système et les effets délétères des produits phytosanitaires sur leur santé montre qu’ils sont les premières victimes de la chimie agro-alimentaire.

Il semblerait que l’opposition, aux dernières municipales se soit plainte que le film donnait une mauvaise image de l’agriculture conventionnelle……

Après cette dégustation, nous nous installons en bas de l’esplanade au soleil sous les acacias.

 

 

L’ ACACIA ou ROBINIER

 

 

Robinia pseudo-acacia de la famille des Fabacées ( légumineuses)

C’est un arbre épineux, à fleurs blanches ou roses, odorantes en grappe.

 

 

Le nom de Robinier vient de son « inventeur » , Jean Robin, botaniste d’Henri IV, qui le planta à Paris, place Dauphine, en 1600 et le transplanta au Jardin des Plantes en 1632.

 

 

Le robinier a servi d’essence de reboisement pour stabilier les sols car son système radiculaire est très étendu. De plus, ses racines enrichissent le sol en azote.

Le bois de robinier est résistant et durable, il sert à fabriquer des piquets, des parquets ou des barreaux. Il constitue également un bon bois de chauffage.

 

 

Les grappes de fleurs sont mellifères et donc donnent le miel d’acacia. Riches en nectar, les fleurs de robinier peuvent être consommées en beignets , en sirop … Et c’est succulent!!!

Par contre, les graines crues sont toxiques, ainsi que la racine et le cambium , qui sont purgatifs.

 

 

Puis , nous nous laissons baigner par le soleil descendant sur les vieilles maisons de pierre de Barjac

 

 

 

 

Alors , que nous  partons à la recherche d’un restaurant, nous sommes arrêtées par la vue de l’ église Saint Laurent: La statue du saint est envahie par un essaim d’abeilles !!

 

 

Un apiculteur est là, perché sur un échelle à ramasser le gros de l’essaim, espérant que la reine soit dedans …Il met l’essaim dans une ruche , si la reine est dedans , les abeilles restantes vont rejoindre la ruche..Et de fait, c’est ce qu’il se passe..

 

 

 

Il semblerait que des abeilles reviennent fréquemment s’installer sur le Saint Laurent…

 

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s