Fernando do Noronha, une île et un environnement protégés , un petit paradis ! Sa géographie (2)


Géographie et organisation de Fernando do Noronha

Sa population:

La population de Fernando do Noronha actuellement, vient de presque tous les états brésiliens et également d’autres pays. Descendants de prisonniers communs, envoyés à Noronha entre 1737 et 1938, d’ hommes politiques arrêtés qui y ont vécu entre 1938 et 1942, de militaires du territoire fédéral, qui ont commandé l’île entre 1942 et 1988. Les résidents , les insulaires travaillent dans des secteurs divers : pêche, restauration, tourisme, plongée..

Climat et environnement de l’archipel:

Le climat de Fernando do Noronha est tropical , avec une saison sèche bien marquée . Le climat est océanique , se manifestant dans la petite variation de température moyenne annuelle. La température moyenne est d’environ 25.4°c et la température moyenne maximale est de 31°c, la température moyenne minimale étant de 18°c.

Les vents , soufflant du sud-est , ont une vitesse d’environ 24km/h, ce qui donne une sensation climatique très agréable.

Environnement:

Formés à partir de roches volcaniques , le sol de Noronha est de coloration marron ou rouge, avec une texture majoritairement argileuse, d’une excellente fertilité. La végétation est adaptée au climat sec, typique du nord du Brésil; elle perd une partie de son feuillage durant la sèche sèche. Sur les hauteurs, on trouve des arbres et surtout des buissons (environ 25% de la végétation)

La végétation d’origine est appelée Mata Atlantica insulaire , la végétation secondaire est composée de plantes diverses comme le Shower Tree ou Cassia sp, Noix ou Jatropha curcas, Indigotier ou Indigofora tinctoria , Mimosa pudica, Lantana brasiliensis…

Il existe également une zone de mangrove d’une superficie de 1500m2 dans la baie du Sueste alimentée par l’eau du bassin de collecte le plus grand de l’île, le ruisseau de Maceiò.

Des plantes grimpantes les Jitiranas couvrent les buissons et arbres indigènes durant la période des pluies ( il en existe 14 espèces différentes).

Différentes espèces ont été amenées par les colonisateurs tel la noix de cajou , le caju, la « pinha » ainsi que des espèces décoratives comme le Flamboyant ( qui a donné son nom au restaurant le plus couru de l’île) ….

Organisation , infrastructures , protection de l’environnement:

L’archipel possède :

-Une usine de désalinisation

——————————————————————————–

-Une usine de traitement des déchets d’une  capacité de 48 tonnes/mois …Une grande partie des déchets organiques sont traités et transformés en compost …Lorsque l’on passe devant , l’odeur est un peu gênante…..

———————————————————————

-Un port au nom de São Antonio , avec une digue en pierre. C’est le point de départ des bateaux de plongée , ainsi que des petits bateaux de pêche.

-Un aéroport avec une piste de 1800m

-Une route nationale ( la plus petite du Brésil) la BR 363 , mesurant 7.9kms

-Une école maternelle, un centre d’éducation infantile, un hôpital rudimentaire

-Un centre-ville , noyau urbain de Fernando do Noronha, nommé Vilà dos Remedios ( village des remèdes). Malgré sa découverte en 1503 et sa désignation en capitainerie en 1504; l’archipel est resté abandonné pendant plus de 2 siècles, recevant les abordages temporaires de navigateurs de nationalités variées. Au XVII ème siècle, les Hollandais se sont installés pendant 25 ans. Presque rien ne subsiste de cette époque, seulement une partie des murailles de l’actuelle Fortaleza des Remèdes . Le « village  » hollandais se trouvait exactement où le VILA DOS REMEDIOS fut implanté le siècle suivant, après l’occupation définitive par le Portugal .

La zone supérieure correspond au pouvoir civil avec l’administration et la zone inférieure au pouvoir religieux avec l’église.

Toute la zone a été pavée de pierres et les constructions furent surdimensionnées. Une des principales fonctions du Village , depuis son origine, fut d’organiser le système carcéral . A partir du XVIIIème siècle, l’administration s’installe avec ses immeubles publics, sa prison, ses ateliers pour les prisonniers, l’Eglise, la place du commandement ou la place d’armes, les logements, l’entrepôt. Le système routier pavé apparait sur l’île , avec la préoccupation de la vidange des eaux pluviales et la conservation du sol. Le noyau urbain a été utilisé et conservé dans sa structure originale, avec des petites modifications. Les grands changements ont eu lieu à partir de 1942 .

-Autour et également éparpillées dans l’ile , des Pousadas : ce sont d’anciennes maisons d’habitants transformées en auberges , qui louent des chambres simples mais confortables aux touristes. Le nombre de touristes est cependant limité à 420 sur l’archipel afin de limiter l’empreinte environnementale. Et une taxe environnementale a été instituée qui est actuellement de 15euros/ jour pour les touristes étrangers et la moitié pour les touristes brésiliens.. Cette année , j’y suis restée 8 jours donc 120 euros….ce qui peut être un coût important sans compter le fait que tout est plus cher sur l’île : les restaurants, les chambres des pousadas…etc.. C’est aussi une manière de limiter l’accès …..La taxe environnementale sert à entretenir le parc naturel..

Cet article, publié dans environnement, voyages, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s