MEDECINE LIBERALE en 2012 : mises au point dans cette campagne médiatique/ dépassements d’honoraires/Marisol Touraine


MEDECINE LIBERALE : mises au point dans cette campagne médiatique

Médecins nantis, qui s’offrent le luxe d’une grève ? Devant les à-priori, les non-dits, les incohérences, quelques réflexions sur notre pratique médicale.

Tout commence par des études. Que nous devrions rembourser ! nos études soi-disant grassement financées par la collectivité…Mais demande-t-on aux ingénieurs de rembourser les leurs ?

Les études en médecine, c’est d’abord 6 ans intensifs, après concours, en tant d’externe le matin en stage hospitalier et étudiant à la fac l’après-midi ( avec des gardes hospitalières). Et ce n’est qu’au terme de 6T années réussies après un concours appelé Epreuves Classantes Nationales, que l’on devient interne… et enfin rémunéré. Et pas grassement. Trois à six années selon les spécialités rémunérées 1300 et 1500 euros/ mois et ce, pour 60 à 80 heures par semaine. En étudiant et travaillant à l’hôpital.

Les internes, sans qui l’hôpital ne pourrait fonctionner faut-il le rappeler, assurent des gardes, C’est une responsabilité médicale importante, avec les risques qui vont avec. Les erreurs médicales sont inacceptables… ou inacceptées ! Et pourtant, dans 21% des cas, le repos de récupération obligatoire après une garde n’est pas respecté, principalement à cause des contraintes d’organisation des services hospitaliers. A noter , par ailleurs, que les « indemnités de garde » ne sont pas des revenus, donc ne sont pas comptabilisées pour la retraite.

Mince, moi, lorsque j’étais médecin interne, j’avais besoin de manger… et pire, de dormir !?

Dépassements d’honoraires, c’est la campagne médiatique orchestrée par le ministère en charge de la santé:

Et l’on se rattrape plus tard ? est-il annoncé. Pas en sommeil, mais avec des dépassements d’honoraires abusifs. Trop de dépassement d’honoraires, est-il toujours avancé.

Quelques chiffres : En 2011, en secteur 2, 230 dépassements abusifs sur 30 000 médecins en secteur 2 c’est-à-dire moins de 1%. 1%, est-ce représentatif ? d’autant plus – ou moins ! que les tarifs de la sécurité sociale, eux, n’ont pas ou peu augmentés depuis 20 ans.
Cet exemple : une appendicite, c’est 160 euros en 1992, 190 euros en 2012 ; soit 30 euros sur 20 ans. 1,5 euros par an tandis que les frais explosent. Et si l’on reprend cet exemple de l’appendicite, le chirurgien libéral devra financer la location du bloc, les salaires des assistants opératoires, le matériel de plus en plus sophistiqué, mais encore la prime d’assurance professionnelle. Cette seule prime d’assurance a quadruplé. Multipliée par quatre puisque les erreurs médicales sont inacceptables… ou inacceptées.

Un autre exemple : la chirurgie du cancer du testicule ( ablation) , opération durant 1h30 a un coût de 200euros, le tarif Sécurité Sociale est de 96 euros/heure…Une différence de 104 euros ….

Inacceptable aussi que Madame Touraine se contente d’approximations. «  oui, il y a quand même des médecins qui ne font pas de dépassements  » déclare-t-elle ; IL Y A DES MEDECINS, ça c’est du chiffre précis ! Toute une campagne sur ces fameux dépassements d’honoraires abusifs… tout ça pour 1% des médecins libéraux.

 

Campagne médiatique et médecins de campagne?
Et l’on nous demande d’aller nous installer dans les « déserts médicaux » ? Certes, 23,5% des médecins sont susceptibles de partir à la campagne, loin de leur ville, d’ici 5 ans. Ce sera pour leur retraite !
La profession de médecin libéral n’attire plus les jeunes: en 2004, 14% des internes s’inscrivant à l’ordre s’installaient en libéral ; en 2012, nous sommes en dessous de 9%. Les chiffres sont significatifs. L’âge moyen des médecins est de 51,2 ans. Ceux de plus de 60 ans représentent presqu’un quart des effectifs (23, 5% précisément) ; ceux de moins de 35 ans, 6% ! Les médecins généralistes forment 46,3% des effectifs avec un âge moyen de 52 ans, d’ici 2017, 23,5% des médecins sont susceptibles de prendre leur retraite. Par qui serez vous soigné-es demain?
Depuis 20 ans, les gouvernements successifs n’ont eu aucune vision à long terme de la santé et la médecine en France. Le gouvernement ne semble pas non plus comprendre qu’un médecin a une vie !
Le médecin en devenir, après 10, 15 ans d’étude, s’attache à un région, une ville ; le médecin vit en couple, à des enfants… or doit-il couper ses racines, se couper de sa famille et ses amis pour aller dans un « désert médical » ; cette appellation même qui présuppose d’autres « déserts » en termes de possibilités d’emploi pour le conjoint, de proximité de lycée, d’université pour les enfants, de services tout simplement. Les médecins libéraux doivent-ils combler les vides laissés par les politiques ?
La question se pose d’autant plus qu’un médecin sur deux est une femme – ou presque (42%).

Les Politiques restent-ils dans l’imaginaire du médecin célibataire, ou du médecin homme avec en épouse, une femme au foyer, sans aspirations ou carrière professionnelle. Leur femme ? Travailleuses bénévoles « associées » gérant la maison, élevant les enfants, gérant le cabinet médical ( appels, rendez-vous, ménage, secrétariat..) avec au bout que leur « carrière » aucune retraite… tandis que l’homme se dévoue jour et nuit, sortant de son cabinet pour sauter dans sa voiture et sillonner les routes pour aller au chevet des malades. Bref, une image d’Epinal !

Et la distorsion entre l’imaginaire et la réalité est d’autant plus grande que le patient, lui aussi, a changé ! Aller chez le médecin n’est plus l’acte réfléchi, longuement soupesé, et presqu’un acte ultime ! Les malades sont souvent plus inquiets, moins patients ; les motifs de consultations ont évolué.

Pour les médecins, ces conditions sont inacceptables… et inacceptées ! Les améliorations du temps de travail pour la population générale ne doivent-elles pas être appliquées au milieu de la santé ?
De quoi se plaignent-ils ? Les médecins sont des nantis, c’est une grève de riches ? est alors le discours tenu. La question financière, hors le petit 1% si peu significatif, mérite une attention. Mme la Ministre affirme que nous sommes dans la moyenne européenne. Comme l’Allemagne est souvent prise en exemple, voyons ce qui se passe de l’autre côté de la frontière. Le médecin allemand a des revenus 2 fois supérieurs au médecin français ; ses horaires sont moindres, sachant qu’en France , la moyenne hebdomadaire est de 58 heures. Qui plus est, le médecin allemand emploie 2,4 salariés pour 0,3 salarié par médecin français. Des emplois qui seraient bienvenus pour la logistique du cabinet, des emplois qui seraient les bienvenus en cette période de crise et de chômage.

Un cabinet de consultation a un coût de 75 euros/ heure : secrétariat, loyer, informatique, charges, remboursement d’emprunt, assurances. Au bloc opératoire, s’ajoutent des frais supplémentaires : salle, matériel, assurance responsabilité civile et le coût se monte à 125 euros/heure.

Les médecins généralistes ne font plus de gardes et n’assument pas la permanence des soins , ce qui provoque un engorgement des urgences ?!
Cet autre poncif. Là encore, c’est mal connaître la réalité. dans les villes où les maisons médicales de garde existent ( par exemple à Clamart), les médecins assurent les urgences de 20h à minuit les jours de semaine et de 9 h à minuit le dimanche..

Or, le médecin n’est pas un célibataire endurci, sans famille ! la moitié des médecins sont des femmes ; ce qui se traduit souvent par moins de disponibilité, une vie de famille ;  et la question récurrente, l’articulation vie professionnelle et vie personnelle.

Ensuite, il n’y aucun intérêt de la part de l’hôpital à envoyer les patients vers la maison médicale de garde. A l’hôpital où depuis 2004 a été instaurée la Tarification A l’Activité ( TAA), le but est de faire du chiffre. Chaque acte médical est tarifé et les hôpitaux sont payés en fonction de ces actes… Donc, même si l’attente est longue, même si un bon nombre de patients n’ont rien à faire aux urgences hospitalières, les hospitaliers les gardent…
Pour avoir discuter avec des urgentistes de l’hôpital local, pour assurer des gardes à Clamart, c’est confirmé. Pour que l’hôpital envoie des patients à la maison de garde, il faut qu’ils soient absolument débordés. Le plus souvent, ce sont les urgences pédiatriques qui nous les adressent..Et le médecin généraliste de garde attend les hypothétiques patients. Quant à la garde en nuit profonde, ( minuit -8h), effectivement, il y a moins de médecins , mais payer une astreinte pour très peu de visites ne serait pas « rentable ».

Taux de suicide chez les médecins : 3 fois supérieur à la moyenne nationale : No comment..

Pour finir, que les patients savent-ils de leur mutuelle ?

Ils cotisent beaucoup pour un remboursement inacceptable… Les français dépensent 2700 euros/an pour leur santé, 2000 euros pour la sécurité sociale ( dont 7% de frais de gestion), 470-550 euros pour les organismes complémentaires ou mutuelles, dont 100-150 euros de frais de gestion ( 20 à 27%!). Le Chiffre d’Affaire des complémentaires santé (mutuelles) est passé de 17 Milliards en 2001 à 36 Milliards en 2012 dont 7 milliards de frais de gestion….Votre mutuelle ne rembourse pas correctement vos frais de santé ainsi que les dépassements ? Demandez-lui son bilan financier et le montant de ses frais de fonctionnement ( en particulier les frais de communication…)

Mme la ministre leur fait un beau cadeau en leur permettant de ne pas publier leurs frais de gestions…L’opacité est donc la plus complète !!

Lundi 12 novembre, mon cabinet était fermé ( et les urgences assurées Gratuitement à la Maison de Garde ) et mercredi 14 novembre 2012 , j’étais présente à la manifestation devant le ministère en charge de la santé mais la ministre n’a pas daigné recevoir nos représentants.

Des liens pour en savoir plus : Informez vous !

http://www.fmfpro.org/expression-libre/article/avenant-no-8-pour-les-nuls.html

http://www.fmfpro.org/expression-libre/article/les-tarifs-abusifs-des-complementaires.html

http://www.fmfpro.org/expression-libre/article/depassements-d-honoraires-les-verites-qui-derangent-mythes-et-realites-du-tarif-de.html

http://sous-la-blouse.blogspot.fr/2012/11/m-comme-ca-fait-mal.html

Dr CHIVILO Isabelle , médecin généraliste secteur 1 ( Clamart)

Cet article, publié dans Politique, santé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s