MARATHON DES OASIS / COURIR POUR LA TUNISIE novembre 2014 (4) : 1ère étape de course au départ de Tozeur


IMG_4977

Journée importante , la 1ère étape du Marathon des Oasis démarre à Tozeur. Chargement des bagages sur les 4×4 et nous partons pour rejoindre le départ

IMG_4975 - Copie

Celui-ci a lieu sur un site mythique pour les amateurs de science fiction….. C’est le site de tournage de Star Wars !!

IMG_4980 - Copie

Nous voilà en plein désert en plein décor de cinéma avec des maisons de couleur ocre qui semblent attendre patiemment les acteurs..

IMG_4981 - CopieIMG_4984 - Copie

Au détour des murs on s’attend à voir apparaître Dark Vador , Skywalker …..

Avant le départ, interview par la télé tunisienne de Azdine le grand coordonnateur du MDO.

IMG_4987 - CopieIMG_4990 - CopieIMG_4994 - Copie

IMG_4996 - CopieLes sportifs(-ives ) sont fins prêts pour commencer la découverte des pistes sahariennes , par ce 21 kms environ . Azdine nous encourage avec l’équipe des musiciens et Hassen chanteur et musicien tunisien aveugle.

Et c’est le départ ….ONGH_JMEL_2014_MDO_008-me

ONGH_JMEL_2014_MDO_009-me

1ère découverte du sable tunisien avec une dune pour commencer histoire de se mettre en jambes !!

ONGH_JMEL_2014_MDO_015-me

Puis ce sont les grandes étendues de sable, pierre à l’infini….. L’ocre et le blanc du sable se mélange au vert des rares arbustes qui résistent à la chaleur….

IMG_5006 - CopieIMG_5007 - Copie

Un petit vent nous permet de supporter la chaleur ( 28°c) , le paysage n’est pas monotone au contraire, les petits monts de chaque côté de la piste prennent des aspects divers laissant jouer notre imagination.

IMG_5010 - CopieONGH_JMEL_2014_MDO_037-meONGH_JMEL_2014_MDO_059-me

Au loin , on croit devenir une étendue d’eau mais erreur, c’est un mirage lié à la réverbération du soleil sur le sel ..Car le sel est partout ici, vestiges de l »antiquité où la mer recouvrait ces grandes étendues.

IMG_5013 - CopieIMG_5014 - Copie

L’arrivée se situe sur le site de Ongh Jmel que l’on traduit par le « cou du chameau » ….

IMG_5015 - Copie

Avec un peu d’imagination, le mont découpé sur notre gauche peut faire évoquer quelque part un étrange dromadaire………….

IMG_5016 - CopieONGH_JMEL_2014_MDO_080-me

L’arrivée se trouve au pied du Ongh Jmel . Avec remise des médailles .

ONGH_JMEL_2014_MDO_113-meIMG_5024 - CopieIMG_5028 - Copie

IMG_5026 - Copie

Mais aussi , distribution de matériel sportif ( running, t-shirts etc..) aux jeunes tunisiens (-nes ) qui ont participé , avec peu de moyen ( voire en chaussettes ) à la course. Matériel provenant de la collecte de matériel faite en France et amené par les sportifs( -ives) français (-ses)

IMG_5019 - CopieIMG_5021 - Copie

IMG_5031 - CopieONGH_JMEL_2014_MDO_125-meAprès l’effort, le repas du midi se fera après un petit trajet en voiture, dans un endroit surprenant…. Les bédouins nous accueillent dans leur village ,

IMG_5043 - CopieIMG_5041 - Copie

Ils nous préparent un repas local que nous dégusterons sous la protection des tentes contre le soleil..

IMG_5039 - CopieIMG_5042 - CopieIMG_5044 - Copie

—————————————————————————–

Tout petit village, où les bédouins élèvent chèvres et moutons

IMG_5038 - CopieIMG_5034 - Copie

D’ailleurs , nous arrivons juste après la naissance de chevreaux et agneaux …

IMG_5047 - CopieIMG_5033 - CopieAprès avoir repris des forces auprès de gens aussi accueillants , nous devons reprendre la route afin de rejoindre Douz..

En route , arrêt le long du CHOTT   El-Jérid , une véritable mer de sel ….. CHOTT vient de l’arabe Chatt qui veut dire rivage.  Le CHOTT est une étendue d’eau salée permanente, aux rivages changeants, située dans les régions semi-arides. Les chotts sont alimentés de façon discontinue lors des rares pluies, et subissent une forte évaporation, qui accumule les sels à la surface des limons.

IMG_5048 - CopieLe Chott El-Jérid est la plus vaste plaine saline ou sebkha tunisienne avec une superficie  d’environ 5 000 km2.

Le soleil fait scintiller le sel sous nos pas, nous éblouissant

Une étendue de couleurs mêlées, ocre, blanche, bleutée, beige…. s’alignant des 2 côtés de la route ……

IMG_5049 - Copie

Et le silence, le silence….. juste émoussé par le crissement du sel sous nos pas…..

IMG_5050 - Copie

Une sensation étrange, mais la blancheur qui domine donne une impression de froid alors que le soleil chauffe nos épaules et nos visages……. J’ai la sensation d’être sur une autre planète ……. Hors du temps….

IMG_5052 - CopieLong de près d’une centaine de kilomètres d’est en ouest, le chott el-Jérid se prolonge à sa pointe orientale par le Chott el-Fejaj. Déployé sur un axe est-ouest entre Nefta  à l’ouest et El Hamma à l’est, l’ensemble couvre pratiquement la largeur du Sud tunisien. Son altitude actuelle est de 15 à 20 mètres au-dessus du niveau de la mer

La surface de l’intérieur des chotts est celle de sebkhas : couverte d’une croûte argileuse  sans végétation , tapis constitué de cristallisations salines diverses et de sable agglomérés, et bordée, à la périphérie et sur des largeurs variables, par une steppe halophile (localement appelée hamdha) qui justifie l’appellation de chott proprement dite.

IMG_5060 - Copie

Le climat [ayant] changé à plusieurs reprises au cours du quaternaire , les chotts se sont retrouvés, selon les périodes, soit des milieux le plus souvent à sec soit des lacs . La pluviométrie actuelle se caractérise par son irrégularité d’une année sur l’autre mais la moyenne est généralement inférieure à 150 millimètres par an. Si les pluies d’hiver sont fréquentes mais relativement peu abondantes, elles peuvent, en octobre ou mars, constituer des petits « déluges localisés » riches en eaux de ruissellement des oueds. La présence d’eau dans les chotts n’est néanmoins pas due qu’à la pluviométrie : elle résulte également des nappes souterraines situées à faible profondeur. Deux nappes plus profondes sont enfouies dans les couches géologiques  à des profondeurs variant entre 300 mètres et 2 500 mètres.

Cependant, l’évaporation prélève jusqu’à sept fois plus d’eau qu’il n’en est apporté par les pluies, notamment au cours de la saison chaude où les températures varient entre 25 et 40 °C (pour une moyenne de 10 à 24 °C le reste de l’année) et où le souffle du sirocco, vent chaud et sec originaire du  Sahara suffit à élever la température d’une dizaine de degrés en quelques heures. ( source Wikipédia )

Cet article, publié dans environnement, santé et environnement, sports, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s