BRESIL 2016 : Un « prologue » à Salvador do Bahia


Cette année, avant d’attaquer les ECO-GAMES à Itacaré , je passe une journée dans la capitale de l’état de Bahia.

map01

img_8121

J’ai choisi de loger dans une pousada dans le coeur du Pelourinho , le quartier historique .

A peine installée dans cette sympathique pousada Studio do Carmo, ( que je conseille ), je pars dans les rues colorées du Pelourinho. Ce quartier historique fait partie du Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Il est localisé dans un complexe de maisons centenaires d’architecture coloniale du 17 ème siècle , restaurées à la fin du siècle dernier .

On trouve à Salvador 365 églises. La religion catholique cohabite avec les rites afro-brésiliens.

Salvador a été la 1ère capitale brésilienne, entre 1549 et 1963; située sur la péninsule qui sépare la baie de Todos los Santos de l’océan atlantique ,dans le nordeste du Brésil .

Le Pelourinho , centre historique  ( ou ville haute – cidade alta -) est un quartier résidentiel , touristique, et administratif, perché sur un escarpement de 85 m de haut.

Ce quartier domine la ville basse où les fonctions commerciales sont concentrées autour du port. On rejoint à pied la ville basse via un « ascenseur » ( elevator )  qui mène directement au port , près du Mercado Mercado .

img_8106

Salvador est une ville coloniale par excellence avec sa densité de constructions, avec son architecture coloniale religieuse , civile et militaire datant du XVIIème au XIXème siècle . C’est aussi un point de convergence des cultures européennes , africaines et amérindiennes du XVIème au XVIIIème siècle.

L’établissement de Salvador de Bahia, stratégiquement situé face à une immense baie sur la côte brésilienne, visait à centraliser les activités de la métropole dans l’Amérique portugaise et à faciliter le commerce avec l’Afrique et l’Extrême-Orient. La ville s’est développée rapidement, devenant le principal port du Brésil et un centre important de l’industrie du sucre et de la traite négrière.

Les principaux quartiers du centre historique sont Sé, Pelourinho, la Miséricorde, São Bento, Taboão, Carmo et Santo Antônio. Pelourinho est caractérisé par sa fidélité au plan du XVIe siècle, la densité de ses monuments et  l’homogénéité de ses constructions. En plus de grands édifices datant des XVIIe et XVIIIe siècles, tels que la Cathédrale-basilique de Salvador et les églises et les couvents de São Francisco, São Domingos, Carmo et Santo Antônio, le centre historique de Salvador de Bahia conserve un certain nombre d’espaces ouverts publics du XVIe siècle, tels que la Plaza Municipal, le Largo Terreiro de Jesus et le Largo de São Francisco, ainsi que des palais baroques, comme le Palácio do Arcebispado, le Palácio Saldanha et le Palácio Ferrão.

Beaucoup de rues sont bordées de maisons aux couleurs vives, souvent ornées de décorations en stuc, qui sont caractéristiques de la ville coloniale. Salvador de Bahia fut aussi, à partir de 1558, le premier marché d’esclaves dans le Nouveau Monde, les esclaves arrivant pour travailler sur les plantations de sucre. L’écho de ce passé multiculturel se retrouve aujourd’hui dans le riche patrimoine matériel et immatériel du centre historique.

Les églises -au nombre de 365 – sont en général très belles . Difficile de toutes les visiter.

L’église Nosso Senhor de Bom Fim ( l’église des miraculés ) :

img_8103

La cathédrale-basilique de l’Ordre de São Domingos qui se situe sur la place du 15 Novembre-Terreiro de Jesus-.

img_8113Lors de la fondation de Salvador début des années 1550, par le gouverneur-général Thomé de Souza, les jésuites ont reçu une zone au nord de la nouvelle ville , où les prêtres construisirent une petite chapelle en pisé et le 1er bâtiment du collège des jésuites. Le nom de la place vient de la présence des prêtres de la Compagnie de Jesus.

Ici la statue de Thomé de Souza sur la place du même nom, près de l’elevador .

Après la 1ère petite église construite au XVIème siècle, les jésuites entre 1652 et 1672 ont construit une église somptueuse , considérée comme la plus importante du XVIIème siècle au Brésil. La façade , construite en calcaire Pedra Lioz, venant du Portugal domine encore la place.

En plus de la cathédrale, d’autres édifices religieux représentatifs de l’art colonial brésilien donnent sur le terreiro : l’église et couvent Saint-François, l’église du Tiers-Ordre de Saint-François, l’église du Tiers-Ordre de Saint-Dominique ( celle que l’on voit sur la photo de la place) et l’église de Saint-Pierre des Clercs.

Au XIXème siècle, le bâtiment de l’ancien collège des jésuites fut utilisé comme hôpital et la 1ère faculté de médecine du Brésil y fut installée en  1833. Le Bâtiment colonial a été détruit par un incendie en 1905 et a été remplacé par le bâtiment actuel. Actuellement y réside le musée d’archéologie et d’ethnologie. .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par une rue adjacente, on arrive sur la Praça da Sé . créée dans les années 1930 après la démolition de bâtiments anciens. Son nom vient de la Sé primacial, église de la 2ème partie du XVII ème siècle , qui fut la cathédrale de Salvador jusqu’en 1765 et qui fut détruite en 1933. ( Sé da Bahia ).

Ici le buste de Dom Pedro Fernandes Sardinha , sculpté par un artiste italien vivant à Bahia. Il fût le 1er évêque de Salvador de Bahia en 1550 : Pedro Fernandes Sardinha pour en savoir plus ..

Lorsque l’on quitte la praça Terreiro de Jesus par la praça ( place ) José de Anchieta ( ou largo Cruzeiro do San Francisco ) , on longe boutiques et restaurants pour se retrouver ébahi devant l’extraordinaire église et couvent Saint François ( Convento e Igreja do São Francisco ) .

img_8128

Il fut fondé en 1587 puis détruit par l’invasion hollandaise . Le couvent et l’église actuels ont été construits en 1686 sous l’administration de Vicente de Chagas.

On rentre par le cloître carré bordé par l’église et la sacristie d’un côté , et par des cellules sur les autres côtés.

En faisant le tour du cloître , on peut suivre les superbes azulejos datant du milieu du XVIIIème siècle, reproduisant au rez-de-chaussée , les estampes des Emblèmes d’Horace publiées à Anvers en 1606.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les églises des jésuites ont influencé la composition de la façade . Le corps de l’église est rectangulaire et divisé en 5 parties avec des pilastres . Son frontispice , à volutes est bordé de tours terminées en pyramides et revêtues d’azulejos. Contrairement aux autres constructions franciscaines du Nordeste, ici , l’église a 3 nefs. Les nefs latérales sont plus basses que le corps central dont elles sont séparées par des arcades reliées entre elles par des massifs. L’église San Francisco est de style du XVIIIème siècle et surtout l’intérieur est recouvert de feuilles d’or !! Effet impressionnant !!

img_8183

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur la gauche de l’église Saint François, se trouve l’église du Tiers-Ordre de Saint-François (Igreja da Ordem Terceira de São Francisco) , qui est une église catholique dont l’importance tient au style baroque car elle est un  des 2 seuls exemples dans le pays d’une façade décorée dans le style churrigueresque  ( caractérisé par une abondance ornementale.

La façade fut longtemps recouverte de mortier et ce n’est qu’au début du XXème siècle , que la décoration fut redécouverte . Il y a profusion de sculptures et de reliefs de fruits et de feuillages, formant volutes et guirlandes. Le portail en pierre donnant accès à la cour est aussi ornementé de manière exceptionnelle.

Les rues du Pelourinho sont aussi un lieu de découverte d’expositions ( sculptures, peintures etc.. ) à découvrir absolument !!

Au gré de ma balade à environ 200m de la pousada où je réside, je découvre le Largo do Pelourinho , officiellement place de José de Alencar , de forme triangulaire, avec une pente importante ( de toute façon , dans le Pelourinho ça monte et ça descend tout le temps ! ) . Cette place est centrale dans le Pelourinho. Avec ses Sobrados du XIXème siècle , c’est un des ensembles architecturaux les plus intéressants de Salvador. La place a été créée à la suite de la démolition d’une porte qui servait à défendre la ville ( Pelourinho  ) . Sur cette place se trouve aussi l’église Nossa Senhora do Rosário dos Pretos.Largo do Pelourinho vient du nom du pilori ( pelourinho en portugais ) qui s’y trouvait et qui servait à punir les esclaves noirs. En haut de la place on trouve le musée de la ville , de culture bahianaise et africaine et et la Fondation Jorge Amado, un  des plus grands auteurs brésiliens , natif de Salvador dont les oeuvres racontent le plus souvent la vie dans les bas-fonds des communautés noires et mulâtres de Bahia  . A lire pendant un séjour dans cet état en particulier São Jorge dos Ilhéus, 1944.  ( traduit en français La Terre aux Fruits d’Or ) qui décrit la vie dans les plantations de cacao.

img_8162

Arrivant sur la place, j’ai droit aux bracelets brésiliens ( Lambrança do senor do Bonfim do Bahia ) .. On vous explique qu’il faut faire un voeu à chaque noeud fait ( 3 ) et que les voeux se réaliseront quand les noeuds casseront ( bon la légende dit aussi que le bracelet rompu doit être lancé dans la baie de Todos os Santos ( de tous les saints ) pour que la déesse de la mer et des femmes , Yemanja ( déesse Orixàs , mère de tous les Orixàs , qui sont les divinités de la nature dans les cultes afro-brésiliens comme le candomblé ou l’umbanda) .réalise vos voeux ! Ces cultes cohabitant allègrement avec la religion catholique.. Bon les Lambranças sont assez résistants donc il faut être patients pour vos voeux !!

img_8107

Je découvre une tribune devant la maison de Jorge Amado avec un écran géant et une banderole annonçant OLODUM.…. Un concert Olodum en pleine rue , concert gratuit , organisé par la municipalité et l’école de samba -reggae-batucada de Olodum..Une chance inouïe !!! J’ai déjà eu l’occasion de voir ce groupe absolument exceptionnel en concert et je décide de rester ( même si la pluie a décidée d’entrer en scène – et les averses de pluie à Bahia , ce sont des pluies tropicales …..)( – d’où la cape de pluie sur la photo ) . Je les vois s’installer et un des batteurs accepte de faire une photo avec moi !!

img_8169

Ce qui est hallucinant aussi, c’est la présence constante de la police militaire – s’installant sur une tribune, puis au cours du concert,traversant la foule de part en part, et d’ailleurs, vous avez droit à la fouille au corps avant d’entrer sur la place –

 

Et là en regardant une des photos, vous vous dites , que fait l’effigie de Mickael Jackson sur cet immeuble? Et bien , Mickael Jackson est bien venu tourner un clip sur cette place avec le groupe Olodum ! le titre et le clip : They don’t care about us

Je suis aux « premières loges  » pour assister au concert , la foule est compacte , dansant dans les tous sens !

OLODUM qui sont ils?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A regarder et écouter :

2 vidéos que j’ai faite du concert ( bon le son pas terrible  ) . Je ne pouvais pas être plus près des musiciens !!

 

 

Et comme vous pouvez le remarquer, sur l’écran géant sur la scène , on aperçoit un match de foot.. et bien, c’était le match des JO Brésil-Afrique du Sud .. Et il n’y a qu’au Brésil que cela se passe comme ça : le groupe OLODUM stoppe le concert pendant les 2 mi-temps du match ( ne reprenant que pendant la pause et après le match ) , tout le monde étant scotché devant l’écran !!! Hallucinant !! ( score final 0-0 ) .

Pour mon 1er jour de séjour au Brésil cette année, je suis gâtée !!

Le lendemain matin, départ prévu vers 10h pour Morro do São Paulo ( ile au sud de Salvador )

 

é

Cet article, publié dans voyages, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s