Procès Christian Vélot / Anton Suwalki/ imposteurs.org – ——CRIIGEN

Capture d’écran 2015-12-17 à 12.42.23Message du Dr Christian Vélot, vice président et président du Conseil Scientifique du CRIIGEN 

Je me permets de venir vers vous pour vous rappeler que mardi prochain 25 avril se tiendra le procès en diffamation (cf. pièce jointe) que j’ai intenté  au journal Contrepoints pour un article paru le 10 juin 2014 et signé d’un certain Anton Suwalki. L’article incriminé faisait suite à une tribune que j’avais publiée le 28 mai 2014 dans Bastamag, et où je relatais essentiellement le contenu de mon témoignage au procès en Appel de Colmar concernant la destruction d’un essai de vigne transgénique (http://www.bastamag.net/Vignes-OGM-quand-la-Cour-d-Appel).

L’audience aura lieu à 13H30 à la 17ème chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris (4 Boulevard du Palais sur l’île de la Cité).  La salle d’audience est relativement grande et je vous invite donc, si vous en avez la possibilité, à venir me soutenir en assistant à ce procès. Etant donné les contrôles pour pénétrer dans le tribunal, en particulier dans le contexte « vigipirate » actuel, il est fortement recommandé d’arriver au moins 30 à 45 minutes en avance.

J’en profite pour remercier chaleureusement toutes celles et ceux qui m’ont apporté un témoignage de soutien, ainsi que celles et ceux qui, personnellement ou à travers leurs structures associatives, ont apporté une participation pour le financement de ce procès. A ce jour, ces dons ont permis de financer environ 70% de la totalité des frais de cette procédure. Pour celles et ceux qui souhaiteraient apporter un soutien en contribuant à ce financement, vous pouvez faire un don au Criigen (http://www.criigen.org) en précisant qu’il s’agit d’un don dédié au procès de C. Vélot (envoi à CRIIGEN, BP n° 15101, 14079 Caen Cedex 5 France ; contact : Frédérique Hilary : criigen@criigen.info). Vous pouvez bien sûr, si vous le préférez, faire un don en ligne (https://www.leetchi.com/c/association-criigen) non spécifique, pour notre fonctionnement, nos études et les autres procès (impliquant Gilles-Eric Séralini et ses co-auteurs).

N’hésitez pas à relayer ce message dans vos propres réseaux.

Bien amicalement,

Christian Vélot

 

Plainte en PDF :  Plainte

Publié dans environnement, Organisations, santé et environnement, sciences | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

La recherche et les technosciences en débat / Sciences Critiques

Sciences Critiques et le mouvement Les Jours Heureux ont le plaisir de vous inviter à une soirée-débat sur la recherche scientifique et les technosciences le vendredi 24 février, à Paris, à 20h30.

A deux mois du premier tour de l’élection présidentielle, cette rencontre sera l’occasion de débattre ensemble du rôle et de la place des sciences et des nouvelles technologies dans notre société. Cette rencontre permettra également de discuter des propositions concrètes et des actions immédiates à mettre en œuvre pour démocratiser la recherche scientifique et les technosciences.

En présence de :
Jacques Testart, biologiste, président d’honneur de l’association Sciences Citoyennes et « critique de sciences ».
François Veillerette, membre d’Europe Ecologie-Les Verts, directeur et porte-parole de l’association Générations futures.
Olivier Rey, philosophe, mathématicien, chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).
Frédéric Denhez, journaliste, chroniqueur pour l’émission « CO2 mon amour » sur France Inter et écrivain. Il sera notre « Grand témoin » de la soirée.

> Lieu :
Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme
38 rue Saint-Sabin – 75011 PARIS
Métros Chemin Vert (ligne 8) et Bréguet-Sabin (ligne 5)

Entrée libre et gratuite (dans la limite des places disponibles).

http://sciences-critiques.fr/la-recherche-et-les-technosciences-en-question/

Publié dans Non classé, sciences | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Subordonner les technosciences à l’éthique / Sciences-Critiques

Alors que la recherche de nouveaux savoirs honore l’espèce humaine, celle de nouveaux savoir-faire sous l’égide des marchés et d’une accélération des projets prométhéens engage la responsabilité des scientifiques. Les conséquences sur les humains, les sociétés et la nature sont telles qu’elles nécessitent le contrôle par la société. Exprimez-vous !

Geneviève Azam, Dominique Bourg et Jacques Testart,

 

L’ACTUELLE crise de civilisation est le résultat d’une réduction de l’histoire humaine à un processus d’expansion par la transformation et l’accaparement de la nature, et par la transformation du travail en ressource à mobiliser et exploiter.

Cette histoire est désormais radicalement perturbée par le choc des limites matérielles à la croissance illimitée.

Au lieu de mettre en cause les fondements d’une telle situation et de formuler des propositions politiques capables de faire face à ces défis, les vannes sont ouvertes pour ne voir dans ces catastrophes qu’une insuffisance humaine ou la tyrannie d’une nature toujours mal maîtrisée.

Ainsi la technoscience permettrait d’augmenter et d’améliorer les capacités humaines pour piloter la Terre ou la reconstruire grâce à des machines et techniques « intelligentes » et de s’adresser à des experts chargés de relayer une humanité jugée défaillante et désorientée.

Dès lors que les techniques seraient disponibles, rien ne pourrait rationnellement s’opposer à la commande et au contrôle de la planète par la géo-ingénierie pour « sauver le climat », à la fusion des machines et des organismes vivants par la bio-ingénierie pour « sauver la biodiversité et le vivant », à « l’augmentation des humains »  par la sélection ou la manipulation technique et génétique visant à développer leur efficacité et leur capacité d’adaptation à un monde artificiel.

La suite sur : http://sciences-critiques.fr/subordonner-les-technosciences-a-lethique/

Publié dans environnement, News and politics, sciences | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

L’ANALYSE INTEGREE MULTI OMIQUE ( DU MAIS NK603 TOLERANT AU ROUNDUP ) révèle des perturbations du métabolisme engendrées par le processus de transformation génétique.

Traduction anglais => français de l’article : Mesnage, R. et al. An integrated multi-omics analysis of the NK603 Roundup-tolerant GM maize reveals metabolism disturbances caused by the transformation process. Sci. Rep. 6, 37855; doi: 10.1038/srep37855 (2016).

(les lettres-suivies de chiffre entre parenthèses renvoient à des définition en fin de texte )

An integrated multi-omics analysis of the NK603 Roundup-tolerant GM maize reveals metabolism disturbances caused by the transformation process

Le mais génétiquement modifié NK603 a été évalué comme équivalent en substance (a1) à son homologue isogénique par une analyse des éléments nutritifs pour obtenir l’autorisation de mise sur le marché.

Nous avons appliqué de façon conjointe des méthodes de profilage moléculaire approfondi des grains de mais NK603 ( pulvérisés ou non de Roundup ) et de son homologue conventionnel pour réévaluer le statut d’équivalence en substance. L’étude du protéome (a2) des grains de mais a révélé des altérations ( ou modifications ) du niveau d’enzymes des voies de glycolyse (a3)  et du  Cycle de Krebs (a4) lesquelles sont un reflet du déséquilibre du métabolisme énergétique. Les changements dans le métabolisme des protéines et métabolites du glutathion (a5) sont indicatifs de l’augmentation du stress oxydatif . Les différences les plus marquées du métabolome (a6) entre le NK603 et son homologue isogénique consistent en une augmentation des polyamines (a7)  incluant la N-acétyl-cadavérine (2,9-fold ), la N-acétylputrescine ( 1,8-fold) , la putrescine ( 2,7-fold ) et la cadavérine ( 28-fold ) qui peuvent être en  protectrices ou cause de toxicité fonction du contexte.

Les résultats de notre profilage moléculaire montrent que le NK 603 et son homologue isogénique ne sont pas équivalents en substance.

Introduction :

Les applications du génie génétique pour modifier les cultures alimentaires sont souvent préconisées comme une des plus grandes avancées scientifiques pour améliorer les systèmes de production agricole et nourrir le monde d’une manière plus durable. Le génie génétique a été utilisé pour créer des cultures adaptées au stress abiotique, résistantes aux pathogènes , avec une plus longue durée de conservation ou avec des propriétés nutritionnelles améliorées. Cependant , la commercialisation de ces caractéristiques est mineure. Les cultures agricoles génétiquement modifiées GM sont dominées par des plantes conçues pour tolérer l’application d’un herbicide et/ ou produire leur propre insecticide 2.  Un total de 180 millions d’hectares de cultures GM sont actuellement cultivées dans le monde sur à peu près 1,5 billion d’hectares constituant approximativement 10 % des terres arables globales 3 . Environ 80% des productions agricoles GM ont été modifiées pour tolérer l’application et ainsi accumuler les résidus d’herbicides à base de glyphosate sans mourir dans le but de faciliter la gestion des mauvaises herbes.

Les règlements pour la dissémination des OGM quel qu’ils soient dans un pays sont couvertes par les réglementations de biosécurité nationale de ce pays. Les recommandations sur l’évaluation des risques visent à identifier et éviter les effets nocifs par une détection précoce et une évaluation correcte des changements escomptés et potentiellement involontaires dans les OGM.

Ils devraient être détectés et identifiés aux stades précoces d‘évaluation du risque , souvent appelés « identification des risques » . L’identification des risques est essentielle dans le processus d’évaluation du risque comme cela est fixé à la base de ce qui est considéré ou observé dans les étapes ultérieures de l’évaluation des risques.4.

Aux USA, la Food and Drug Administration ( FDA ) considère la technologie OGM comme une extension de l’alimentation conventionnelle et les cultures OGM sont déréglementées une fois que l’”équivalence en substance” au niveau nutritionnel et compositionnel est démontrée5 . L’ensemble des paramètres et analyses nécessaires pour un OGM comme substantiellement équivalent à son homologue non génétiquement modifié est encore imprécis et est axé sur un ensemble restreint de variables de composition , telle que la teneur en protéines, glucides, vitamines, et minéraux. Les OGM sont déclarés substantiellement équivalents quand des similitudes suffisantes apparaissent pour ses variables sélectionnées6. . Notamment, alors que les cultures OGM ont été modifiées pour supporter et ainsi accumuler un herbicide sans mourir , les analyses des résidus de ces pesticides sont négligées dans l’évaluation compositionnelle. 7.

Les récentes technologies utilisées pour évaluer le profil moléculaire compositionnel d’un système , comme les analyses transcriptomiques (a8) , protéomiques, métabolimiques, épigénomiques (a9) et microARNs (a10) , collectivement désignées comme “omics technologies” , sont couramment utilisées en science fondamentale et appliquée 8. Les analyses “omics” comparées ont été effectuées comparant les cultures OGM et leurs homologues isogéniques. Un nombre d’entre elles ont montré des perturbations métaboliques de potentiels effets indésirables du processus de transformation GM dans le maïs Bt 9,10,11,12,, le soja tolérant au glyphosate 13,14,15 , la pomme de terre 16, le coton17 et le riz18 . Cependant , ces études n’ont pas apporté de résultats constants et cohérents , qui puissent être expliqués par l’utilisation d’une variété ,par l’origine génétique et/ ou les différences de conditions de croissance, ainsi que les variations dans les technologies et les niveaux seuils appliqués19. En effet , la majorité des auteurs de ces types d’études ont conclu que les modifications statistiquement importantes observées entre les variétés conventionnelles et GM ne sont pas biologiquement significatives parce qu’ils tombent dans l’amplitude de variations obtenues dans les comparaisons entre les différentes variétés et espèces , et sous conditions environnementales différentes11.

Cependant , d’autres auteurs ont conclu que les différences observées peuvent refléter une signification biologique, le processus de transformation GM induit des changements dans les profils protéiques12 ou métaboliques 20 quand des contrôles appropriés des souches isogéniques étaient appliqués et des tests des produits de culture étaient fait au même moment et mêmes lieux de culture pour éviter les différences provoquées par des conditions environnementales variables 20. Actuellement, aucune autorité réglementaire obligatoire n’a pris en compte les outils de  profilage moléculaire  mais certains reconnaissent son importance potentielle pour la nourriture et les aliments dérivés des plantes GM avec des voies métaboliques spécifiques modifiées ou dans des situations où un comparateur convenable n’est pas disponible4,21. .

Malgré qu’il ait été déclaré comme “équivalent en substance” , des effets hors-cible ont été observés dans des espèces non-cibles pour la culture OGM productrice de toxine Bt 22,23,24. Par ailleurs, des tests sur les animaux, effectués avec des plantes GM en comparaison avec leurs homologues non génétiquement modifiés, ont présenté des preuves d’effets nocifs sur la santé. Plusieurs études en laboratoire , consistant en des essais sur 90 jours d’alimentation chez des rongeurs ont été conduites pour évaluer la sécurité des cultures OGM pour la consommation.

Ces recherches ont souvent donné lieu à des différences statistiquement significatives dans les paramètres reflétant des perturbations dans des organes variés et en particulier la biochimie du foie et des reins, mais avec des interprétations de leur signification biologique , spécialement pour leur implication dans le respect de la santé , qui sont controversées 27,28,29. Tels ces écarts dans les résultats de telles études de laboratoires d’alimentation animale qui ont de multiples sources incluant la présence de résidus d’OGM associés au pesticides 30,31.

Afin d’approfondir le niveau de connaissance permettant la classification d’équivalence en substance du maïs NK603 GM tolérant le Roundup, nous avons effectué des analyses protéomiques et métabolomiques du NK603 (pulvérisé ou non de Roundup ) et le grain de maïs isogénique (Fig. 1). Nous avons utilisé la méthode labellisée TMT10plex™ isobarique et quantifié les protéines par  chromatographie en phase liquide couplée à la spectrométrie de masse (LC-MS/MS). Le profil du métabolome a été déterminé par chromatographie liquide haute performance couplée à la spectrométrie de masse ( UPLC-MS/MS) .  Notre analyse intégrative montre que le processus de transformation GM utilisé pour généré le maïs NK603 cause de profondes altérations dans le profil du protéome et du métabolome de cette plante et entraine des modifications métaboliques importantes. Nous concluons que le maïs NK603 n’est pas équivalent dans sa composition à son homologue non génétiquement modifié comme il est revendiqué jusqu’alors.

srep37855-f1

RESULTATS:

L’objectif de cette étude était d’obtenir une compréhension profonde de la biologie du maïs NK603 par profilage moléculaire ( protéomique et métabolomique ) en vue d’acquérir une connaissance dans la classification d’équivalence en substance. Nous avons commencé par une analyse exploratoire de la variance. Nous avons intégré les profils protéomiques et métabolomiques du NK603 , cultivé avec ou sans Roundup; et son homologue isogénique ; dans un processus danalyse multitableaux ( MCIA ). Premièrement, une méthode d’ordination en 1 tableau transforme chaque fichier de données multidimensionnelles  dans un espace de moindre dimension comparable pour trouver des axes maximisant la somme des variances. Le résultat peut être décrit par une analyse en composante principale ACP ( Additional file 3). Les résultats montrent une séparation claire de chaque type d’aliments ( NK603, NK603 + Roundup, et contrôle ) dans les deux plates-formes. Les échantillons contrôles avaient les profils de protéomes et de métabolomes les plus distincts comme observés dans les analyses en composante principale ACP.

Dans un second temps, les analyses des variations structurelles des profils du métabolome et du protéome ont été combinés dans une seule analyse (Fig. 2). Ces objectifs de trouver de nouveaux axes sur lesquels les données des 2 analyses omiques sont projetées par maximisation des variances en place.

Figure 2A montre la projection des profils du métabolome et du protéome sur les 2 principales composantes du MCIA. Les valeurs absolues de ces composantes sont données sur un graphique

(Fig. 2B). Les échantillons d’aliments transgéniques NK603 et NK603 + Roundup sont séparés du groupe contrôle non transgénique ( Isogénic) sur la 1ère composante ( axe horizontal) ..

Cette séparation peut expliquer  la plupart de la variance observée ( % de la variance expliquée de 56,7%). Le maïs NK603 pulvérisé avec le Roundup est séparé du maïs NK603 non pulvérisé sur le 2nd composante ( axe vertical, % de variance expliquée de 16,6%). La ligne reliant les différentes points est proportionnelle à la divergence entre les différentes variables de l’ensemble de données. Une relative haute corrélation est représentée par des petites barres . Cela montre des tendances similaires dans les profils du métabolome et du protéinome, et aussi, entre les 2 types de cultures, indiquant que la plupart des sources de variations d’information biologique étaient similaires. La projection des protéines ou métabolites individuels sur un espace en 2 dimensions (Fig. 2C) montre un schéma indiquant que aucun sous-ensemble particulier de variables n’est responsable des effets observés.

Finalement, Fig. 2D , montre l’espace de pseudo-valeurs. Les échantillons de protéome ( points bleus et verts) sont fortement pondérés sur l’axe horizontal indiquant que cet ensemble de données est le plus gros contributeur des variations observées dans l’échantillon d’ alimentation transgénique par rapport au contrôle. Par contraste, les différences entre le maïs NK603 pulvérisé de Roundup et le NK603 non pulvérisé sont principalement dûes à la composition du métabolome ayant un poids plus élevé  sur la 2ème composante ( points rouges et noirs ) de lespace propre. Les changements  observés dans la comparaison du maïs NK603 pulvérisé de Roundup, le maïs NK603 non pulvérisé et l’homologue isogénique de contrôle étaient fortement corrélés entre les 2 cultures effectuées durant les 2 différentes saisons de croissance ( Additonal file4) . Globalement, l’analyse des données multi-tableaux MCIA montre que le processus de transformation GM a été le contributeur majeur à la variation dans les profils de protéine et métabolite plutôt que les facteurs environnementaux tel que la pulvérisation du pesticide ou la saison de croissance.

Figure 2: Integration of metabolome and proteome profiles of the NK603 maize and its near-isogenic counterpart into a multiple co-inertia analysis projection plot.

Nous avons , après, conduit une évaluation statistique des différences biologiques résultant du processus de transformation GM , aussi bien que de la pulvérisation de Roundup, par comparaison par paires dans le but d’identifier les protéines et métabolites associées avec de possibles altérations métaboliques. La liste des protéines et métabolites ayant leurs niveaux significativement altérés est donné dans Additional files 5 and 6, respectivement.

La Figure 3 montre la signification statistique des niveaux des différentes protéines / métabolites par des points “volcano” ainsi que les changements correspondants. Alors que seule 1 protéine est nouvellement produite comme résultat de l’insertion du transgène, un total de 117 protéines et 91 métabolites ont été altérés dans le maïs par le processus de transformation génétique et l’insertion de la cassette ( gène ) EPSPS-CP4 ( Isogénique vs NK603 panel) Fig. 3)..

Une protéine (B4G0K5) et 31 métabolites eurent leur expression significativement altéré par la pulvérisation de Roundup (NK603 vs NK603 + Roundup (R ) panel) Fig. 3).

srep37855-f3

Le maïs NK603 a été conçu pour exprimer une version modifiée de la souche de l’Agrobacterium tumefaciens EOSOS-CP4 32.. 2 peptides ( lAGGEDVADLR and gLGNASGAAVATHLDHR) from EPSPS-CP433 ont été détectés et quantifiés en entreprenant une analyse de données ciblées(Fig. 4). Leur localisation sur l’EPSPS-CP4 est montré par la Fig. 4C.

Les intensités observées pour l’EPSPS-CP4 peptides dans le NK603 + Roundup et le NK603 furent en moyenne respectivement 7 et 10 fois plus élevés que dans l’homologue isogénique de contrôle. Le signal observé pour le grain non-transgénique représente probablement un bruit de fond non spécifique car il ne contient pas le gène EPSPS-CP43 . Il a dû être causé par l’isolation simultanée d’ autres peptides dans l’expérimentation correspondante MS/MS , laquelle donne une hausse du bruit de fond des intensités observées dans les chaines de contrôle.

srep37855-f4

Nous avons analysé l’information biologique contenue dans le profil du protéome du NK603 et son homologue isogénique pour voir s’il porte une signature représentative d’altérations métaboliques causées par l’insertion d’une cassette transgénique et / ou de l’expression du gène bactérien EPSPS-CP4. Parmi les différents logiciels d’analyse des voies métaboliques , String a été choisi du fait de ses capacités de prédiction de transferts d’homologie , aussi bien comme sa connection à beaucoup de ressources de bases de données externes, et donc par conséquent , son habileté à identifier un grand nombre de protéines. Néanmoins, notre interprétation est restée limitée par la qualité des annotations des protéines dans les bases de données. Un total de 42,7% ( 50/117) et 35% (55/156) des protéines respectivement altérées dans la comparaison entre les maïs NK603 pulvérisés et non pulvérisés , ont été non caractérisés ou non notés dans les bases de données. (Additional file 5).

Les analyses enrichies des voies métaboliques des différentes protéines exprimées dans les échantillons d’alimentation avec NK603 et NK603 +Roundup ont été essentiellement assignées aux glucides et métabolisme énergétique (Table 1). La plupart des protéines , incluant les enzymes , associées avec ces voies métaboliques étaient surexprimées dans les échantillons GM (Additional file 5). Une expression augmentée de protéines impliquées dans la glycolyse ( FDR adjusted p-value =4,2e-7) et en particulier dans la synthèse du pyruvate du D-glycéraldehyde 3-phosphate peut être indicatif d’une demande accrue d’énergie. Parmi elles , la pyruvate kinase (B4F9G8), l’énolase (EN01), et 3 glycéraldéhydes-3-phosphate deshydrogénases ( GAPC1, GAPC2, GAPC3) ont leur taux augmenté dans le maïs NK603 . Curieusement, les termes d’ontologie de gènes liés aux réponses métaboliques au stress , étaient enrichis et des protéines de choc thermique HSP82) étaient surexprimées.

Table 1: Pathway enrichment analysis in proteome profiles of the maize samples.

La comparaison entre le NK603 pulvérisé par Roundup et l’échantillon contrôle a révélé la même tendance  que celui observé dans les échantillons non pulvérisés. Cependant, le métabolisme du glutathion ( KEGG ID 480 ) a montré une altération significative dans le NK603 pulvérisé. Les protéines assignées à cette voie , glutathion S-transférase 1 et 6-phosphogluconate deshydrogénase (P12653 et B4FSV6 respectivement ) étaient plus abondantes dans les échantillons pulvérisés alors qu’une autre glutathion transférase isoform GST-5 ( A0A0B4J3E6) était moins abondantes. De plus, la 1-Cys peroxiredoxin PER et la peroxidase étaient surexprimées. Bien qu’une protéine était statistiquement de façon significative altérée dans une comparaison par paires entre NK603 + Roundup et NK603 comme l’effet du Roundup pulvérisé seul, la protéine B4G0K5 , qui a été identifiée, a conservé un domaine de Ricin-type béta-trefoil lectin. Le Ricin-type béta est un domaine de liaison aux glucides trouvée dans une variété de molécules utilisant diverses fonctions comme l’activité enzymatique , l’inhibition de la toxicité et le signal de transduction 34.

La composition du métabolome est décrit dans Additional file 6 . La plupart des différences prononcées entre le maïs NK603 et son homologue isogénique , le plus souvent , consistent en une augmentation des quantités de nombreux polyamines. Le niveau de N-acétyl-cadaverine (2,9fold) , N-acétylputrescine (1,8 fold) , putrescine (2,7 fold) et cadaverine (28 -fold) était augmenté dans le NK603. Le profil du métabolome met aussi en relief une déficience du métabolisme énergétique. Alors que les métabolites de la 1ère partie du cycle TCA avaient leur niveau augmenté ( alpha-ketoglutarate 1,65 fold et citrate 1,49 fold ) , les métabolites de la 2nd partie du cycle de Krebs avaient leur niveau abaissé ( malate 0,59 fold , fumarate 0,60 fold , succinate 0,80 fold) . De plus, alors que les protéines associées à la glycolyse étaient surexprimées , le métabolisme des glucides est diminué dans quelques métabolites ( glucuronate 0,63 fold, glucose 1-phosphate 0,56 fold , maltohexaose 0,28 fold , maltopentaose 0,51 fold ).

Les différences dues à la pulvérisation du pesticide étaient discrètes : phenylpropanoid tel que le 4-hydroxycinnamate (0,63 fold ) , ferulate ( 0,59 fold) et sinapate ( 2,9 fold ) étaient significativement modifiés . Alors que les altérations de la voie shikimate n’ont pas été détectées , les intermédiaires du métabolisme aromatique des acides aminés ( PEP derived) ont eu leur niveau augmenté ( phenyllactate 1,60 fold , phenylpyruvate 2,71 fold , N-acetylphenylalanine 2,24 fold et santhurenate 1,82fold ) . Ces modifications pouvaient être indicatives d’une augmentation du catabolisme des acides aminés. Cependant, on note que cet PEP lui-même n’a pas été détecté dans l’analyse.

Table 2 fournit une analyse enrichie de la voie des métabolites qui ont été trouvés de façon statistiquement significative , altérés dans les comparaisons par paires. Pour l’analyse de la voie du métabolome , le profil du NK603 et du NK603 + roundup ont montré un schéma différent comparativement aux profils observés dans l’analyse du protéome . Parmi les 10 voies les plus altérées , ces 2 groupes partageaient à eux seuls,  5 voies altérées et cela suggère une altération dûe au processus de transformation GM. Ces voies ont révélé une altération dans le processus en aval de l’aspartate , pyruvate et phenylalanine acide aminé . Le profil de métabolome du NK603 semble différer des échantillons pulvérisés par les voies liées aux acides gras et du métabolisme de la choline, nicotinate et nicotinamide alors que les échantillons pulvérisés montraient des altérations dans le métabolisme de la serine et autre métabolisme lié au sucre.

Table 2: Pathway enrichment analysis in metabolome profiles of the maize samples.

Le STITCH a été utilisé pour obtenir une visualisation des interactions prédites des produits chimiques et des protéines qui pourraient avoir un lien avec la voie du transgène EPSPS-CP4. Le réseau d’interactions révèle que ses protéines ou métabolites altérés dans le maïs NK603 interagissent avec EPSPS (Fig. 5). Le réseau formé par ces protéines/métabolites est centré sur des intermédiaires du cycle TCA , parmi eux, le alpha-ketoglutarate. Il faut noter que cet EPSPS utilise un intermédiaire du métabolisme énergétique ( phosphenolpyruvate ) comme substrat. Globalement, notre banque de données montre que l’expression d’un EPSPS hétérologue dans le maïs NK603 cause une profonde altération dans les profils des protéome et métabolome des échantillons alimentaires et ainsi par conséquent dans le déséquilibre métabolique.

srep37855-f5

DISCUSSION:

Dans cette étude, nous présentons la 1ère analyse multi -omique du maïs GM NK603 comparée à un proche homologue isogénique non GM. Basée sur l’analyse conduite par Monsanto, le maïs NK603 est noté comme “équivalent en substance “ à son contrôle isogénique , lequel était le contributeur majeur à ce produit qui est approuvé sur le marché pour la consommation animale et humaine dans l’Union Européenne, les USA, Brésil et plusieurs autres nations. Bien que le NK603 ait eu des profils nutritionnel et compositionnel comparable quand ils sont rendus accessibles par la compagnie sur l’enregistrement de leur produit, notre analyse comme détaillée, en profilage moléculaire en profondeur montre que les grains de NK603 , avec ou sans pulvérisation de RoundUp durant la culture, ne sont pas équivalents aux échantillons d’ homologues isogéniques non transgéniques (Fig. 2)

Le concept d’équivalence en substance a été longtemps utilisé pour les tests de sécurité de cultures OGM, mais le terme et le concept n’ont pas eu de définition claire 35. En 1993 , l’OECD a statué le fait que le “concept d’équivalence en substance représentant l’idée qu’il existe des organismes utilisés comme aliment , ou comme source d’alimentation , puisse être utilisé comme base de comparaison quand il est évalué la sécurité de la consommation humaine d’un aliment ou composant d’un aliment qui a été modifié ou qui est nouveau36. L’imprécision de ce libellé génère un conflit parmi les parties prenantes pour déterminer quelles différences compositionnelles sont suffisantes pour déclare un OGM comme non équivalent en substance . Cependant, la Commission du Codex Alimentarius 37 indique clairement que l’évaluation de la sécurité d’un nouveau produit alimentaire basé sur le concept d’équivalence en substance “ n’implique pas la sécurité absolue de ce nouveau produit; ou plutôt, est axé sur l’évaluation de la sécurité sur l’absence de différences identifiées ainsi donc que la sécurité de ce nouveau produit peut être considéré comme relative à son homologue conventionnel”. Par conséquent, le concept d’équivalence en substance ne peut pas être utilisé comme comme un gage de sécurité.

Cependant , il pourrait être utilisé comme un 1er palier dans l’évaluation des risques pour détecter des effets inattendus du processus de transformation GM. Les effets non intentionnels peuvent être compris comme des effets qui vont au-delà des effets principaux attendus de la modification génétique , et représentent des différences statistiquement significatives dans l’OGM comparativement avec un contrôle approprié 38. Les effets non intentionnels durant la transgénèse incluent les réarrangements , insertion, ou délétions durant la transformation génétique ou durant les étapes développement de cultures de tissus OGM 39,40. Une caractérisation compréhensive de la plante OGM au niveau moléculaire pourrait faciliter l’identification des effets non intentionnels dans les cultures OGM et pourrait être utilisé comme un outil analytique complémentaire dans les procédures d’évaluation de la sécurité existantes 41,42,43,44.

En général, notre plan d’expérience met en lumière l’importance de la comparaison restrictive des cultures OGM et des homologues non GM isogéniques  sur le même lieu et en même saison quand l’objectif est d’évaluer l’effet du processus de transformation GM. C’est obligatoire pour réduire les effets sur le métabolisme de la plante résultant de conditions environnementales différentes, lesquelles peuvent rendre difficile d’attribuer les différences qui sont observées à la procédure de transgénèse.

Cependant, bien que notre concept expérimental prend compte de l’effet de la saison de croissance, des essais complémentaires faits sous différentes conditions environnementales seraient nécessaires pour déterminer l’éventail complet des effets du processus de transformation GM sur le phénotype NK603. En effet , virtuellement tous les traits sont influencés par les interactions génotype-environnement. Aucune différence génétique ni variations environnementales seules ne peuvent être comptabilisées pour la production d’une variation phénotypique particulière . Par exemple, l’étude de l’expression du transgène codant pour la toxine BT dans le maïs MON810 GM sous différentes conditions environnementales , a montré que le phénotype résultant du processus de transformation GM est influencé par des conditions environnementales stressantes.

L’augmentation du nombre de publications rapportant l’application de méthodes omiques pour évaluer les profils du protéome, métabolome et transcriptome dans les cultures OGM montre des preuves solides des protéomes différents de grain dans d’autres “évènements “ de maïs GM , tel que le maïs MON810 produisant l’insecticide Bt 11,12,46. Bien que la majorité des études soient focalisées sur les maïs Bt résistants aux insectes et plus probable parce que ce fut le 1er maïs GM à entrer dans l’alimentation et le marché alimentaire, il y a aussi eu des études précédentes métabolomiques sur le NK603 . Le profil métabolique des grains de maïs NK603 a été analysé et approximativement 3% des métabolites détectés montraient des différences statistiquement significatives comparées aux lignées isogéniques respectives47. 2 métabolites ( gamma-tocophérol et myoinositol) étaient moins abondants dans le NK60347 . Curieusement, les taux de gamma-tocophérol et myoinositol ont été aussi trouvés significativement réduits dans notre étude, et donc, attribuables à la transformation génétique. Ceci suggère que des altérations métaboliques sont systématiquement notées malgré un bruit de fond causé par les variations  environnementales. Dans une autre étude de 2  de variétés MON810/non GM soumis à 2 pratiques agricoles ( conventionnelle et faible fertilisation à l’azote ) , il a été trouvé que plus de 37,4% des variations dépendaient de la variété, 31,9% étaient le résultat du traitement fertilisant et 9,7% étaient attribué au caractère GM.

Des altérations peuvent être aussi trouvées dans d’autres tissus de plantes. Par exemple, l’analyse de feuilles de variétés brésiliennes de maïs MON810 a révélé un total de 32 protéines exprimées différemment entre les échantillons GM et non-GM qui ont été identifiées et attribuées au métabolisme des glucides et de l’énergie, au processus de lecture de l’ADN et à la réponse au stress9. .

Notre étude a révélé des différences significatives du profil du métabolome entre le NK603 qui avait soit été pulvérisé avec le Round up ou pas durant la culture(Fig. 2). . C’était surprenant au vu de la simple application de cet herbicide qui était  antérieure au développement des épis de maïs. De plus, nous n’avons pas détecté de résidus de glyphosate ou AMPA dans l’échantillon de grains de maïs ( Additional File 1). Ceci indique que les différences métaboliques provoquées par une application précoce de Roundup persistent tout au long de la vie du maïs même en l’absence des résidus d’herbicide. A présent, nous pouvons seulement spéculer sur les mécanismes qui peuvent expliquer ces effets mais ils doivent avoir leurs bases sur la programmation épigénétique du schéma d’expression des gènes avec des effets à long terme conséquents. La pulvérisation de Roundup peut avoir agi comme un signal causant une altération dans le schéma d’expression du gène dans le maïs en cours de croissance. Une étude récente qui a démontré des changements épigénétiques marqués ( méthylation and ) dans A thaliana en réponse au traitement par carbendazime , appuie cette possibillité49 . De plus, il a été démontré que les modifications épigénétiques ( méthylation de l’ ADN et modification post-translation de l’histone (a11) ) acquis dans une culture peuvent être hérités de manière transgénérationnelle dans un système modèle A thaliana50 . Cependant, d’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si les altérations épigénétiques provoquées par l’exposition au pesticide peuvent altérer les phénotypes à travers les générations.

Les grains de maïs analysés dans cette étude ont été précédemment utilisés dans une étude chronique ( 2ans )cherchant les potentiels effets toxiques provenant de la consommation de ce maïs NK603 tolérant au Roundup . Des croquettes pour rat contenant 11% , 22% ou 33% de maïs NK603 , cultivé soit avec soit sans application de Roundup , ou 33% de variété proche isogénique ont été formules. Les rats Sprague Dawley nourris pendant 2 ans sur ce régime ont présenté des modifications biochimiques au niveau sanguin et urinaire indicatifs d’une incidence augmentée de pathologies structurelles et fonctionnelles du foie et des reins dans les groupes dont le régime contenait le NK603 comparativement au groupes contrôles sans OGM 51.. Les analyses standard biochimiques compositionnelles n’ont pas révélé de différences particulières entre les différents types de maïs testés.51. Les altérations métaboliques observées dans notre étude peuvent aider à comprendre les effets négatifs sur la santé suggérés après la consommation de ce maïs OGM . Les altérations dans les concentrations de métabolites dans les grains peuvent être directement liées aux effets pathogéniques dûe aux composants actifs connus pour être toxiques52 . Par exemple, une glycoprotéine de soja ( Glym Bd 28 K fragment ) a été aussi trouvée surexprimée dans l’étude protéomique des semences de soja Roundup Ready GM ( MSOY 7575 RR event 13) .

Dans notre étude , les niveaux de cadavérine étaient significativement augmentés ( Log2FC 4,81 for NK603 et 5,31 for NK603 + Roundup ). La cadavérine joue un rôle important dans la biosynthèse de lysine53 et aussi dans le métabolisme du glutathion. 54.

D’autres amines biogéniques similaires , comme la N-acetyl-cadavérine , la N-acetylputrescine et la putrescine ont été également retrouvées à des niveaux élevés dans le NK603 de notre étude. Les différentes polyamines ont été signalées pour avoir différents effets, qui dépendent de facteurs variés comme l’âge, le tissu ou l’état de maladie55 . Dans certains contextes, certaines de ces polyamines peuvent être protectrices alors que dans d’autres situations elles peuvent être cause de toxicité. D’un côté , les effets toxicobiologiques comme les nausées, les céphalées, les rashs cutanés et modifications de la pression artérielle sont provoquées par la consommation d’aliments avec un haut taux de polyamines 56 . Les Putrescine et cadavérine ont été notés comme potentialiseurs des effets de l’histamine, et les deux sont impliquées dans la formation de nitrosamines carcinogènes avec les nitrites dans les produits de la viande57 . D’un autre côté, certaines polyamines peuvent avoir des effets bénéfiques anti-inflammatoires et ont été notées pour être bénéfiques dans certaines espèces de rongeurs58 .Visiblement, ces polyamines n’avaient pas été mesurées dans la 1ère analyse compositionnelle du maïs NK603 faite à des fins réglementaires32 . Globalement, la question  du rôle des taux augmentés de cadavérine et de putrescine trouvés dans les échantillons de maïs NK603 sur les effets  négatifs sur la santé, comme supposé par les analyses biochimiques sanguines et urinaires33, devra être approfondie dans d’autres analyses expérimentales .

Nos résultats suggèrent que l’expression du transgène EPSPS altère l’environnement oxydatif dans les cellules , et les niveaux augmentés d’enzymes oxydatives sont probablement une réponse au stress oxydatif causé par les dérivés réactifs de l’oxygène ( ROS ) afin de maintenir leur fonction physiologique propre. Le métabolisme du glutathion est connu pour être un important antioxydant dans la plupart des organismes vivants, prévenant les dommages causés aux importants composants cellulaires par différents polluants environnementaux , incluant les produits agrochimiques59.

Les enzymes  glutathione S-transférases ( GSTs) des plantes sont également largement connues pour leur rôle dans la détoxification de l’herbicide60 . Les enzymes impliquées dans le métabolisme des dérivés réactifs de l’oxygène , comme l’ascorbate peroxidase, glutathion reductase, et catalase sont exprimées à un haut taux dans les semences de soja transgénique 14.. Les taux de ROS et autres radicaux libres dans les aliments GM devraient être contrôlés et quantifiés par d’autres expérimentations pour conclure sur leur impact potentiel sur les performances agronomiques de la plante.

De plus, il est connu que les polyamines sont typiquement élevées dans les plantes sous conditions de stress abiotique61 . Typiquement, quand la teneur en polyamines cellulaires augmente , les taux de peroxide hydrogène augmentent aussi, activant les systèmes antioxydants. Les effets non intentionnels de l’insertion du transgène EPSPS sont liées aux altérations du métabolisme énergétique dans d’autres études 13,14,15. On peut émettre l’hypothèse que la plante cherche un nouvel équilibre pour maintenir le métabolisme provoqué par l’introduction de l’ EPSPS à des niveaux pouvant être tolérés par la plante.

Le glyphosate, le principe actif de l’herbicide Roundup, inhibe l’enzyme 5-enolpyruvylshikimate-3-phosphate synthase ( EPSPS ) , laquelle est la 6ème enzyme de la voie shikimate , et joue un rôle essentiel dans la biosynthèse des acides aminés aromatiques et autres composants aromatiques dans les plantes 62 . La EPSPS a un site de liaison pour le phospenolpyruvate (PEP) et on peut émettre l’hypothèse que une surexpression d’un hétérologue EPSPS puisse provoquer un déséquilibre métabolique par altération du métabolisme de PEP . Les altérations dans le métabolisme intermédiaire sont corroborées dans notre étude par le fait que le réseau formé par les protéines / métabolites ayant leur niveau altéré est centré sur les métabolites du cycle de Krebs (Fig. 5) comme le alpha-ketoglutarate. En fait, il est également connu que l’inhibition de l’ EPSPS par le glyphosate détériore le métabolisme du carbone, en particulier en induisant une respiration alternative et une fermentation aérobie63 . Dans cette dernière étude , le changement métabolique a été expliqué par une accumulation de pyruvate. Par conséquent, si l’inhibition de l’EPSPS est capable d’altérer le métabolisme intermédiaire , un changement comparable dans la direction opposée peut être attendu en conséquence de la surexpression de l’EPSPS.

Cette étude est la 1ère et la plus détaillée de caractérisation multiomique d’un  OGM agricole couramment commercialisée et de son homologue isogénique. En conclusion, notre analyse intégrative statistique et bioinformatique nous autorise à suggérer un lien mécanique entre les altérations du protéome et du métabolome observées et l’insertion d’un transgène particulier. Le processus de transformation et le résultat de l’expression d’une protéine transgénique cause un déséquilibre général dans la plante GM et il est clair que le maïs NK603 est de façon marqué , différent de son homologue isogénique non -GM par les niveaux protéomiques et métabolomiques. De plus, notre base de données est corrélée avec des études précédentes , lesquelles ont observé des quantités élevées de ROS ce qui agit en promouvant un stress oxydatif par des radicaux libres dans ces matériels de plantes transgéniques. Nous confirmons également un déséquilibre métabolique dans le métabolisme énergétique et des glucides. Bien que, le lien mécanique clair entre les altérations dans les OGM et les possibles effets  sur la santé restent à établir , les résultats que nous présentons  montrent clairement que les maîs NK603 et l’isogénique non-GM ne sont pas équivalents en substance et la qualité nutritionnelle de l’alimentation OGM pourrait être altérée par le déséquilibre métabolique provoqué par l’insertion du transgène.

Définitions de termes

A1: OMIQUE

a1 : principe d’équivalence en substance, lequel stipule qu’ « Un aliment ou un constituant alimentaire nouveau peut être traité, du point de vue de la sécurité, comme un aliment ou constituant alimentaire existant, dès lors que les deux sont semblables »

a2  :protéome     

a3 : glycolyse définition

a4 : cycle de Krebs ou TCA

a5 : glutathion

a6: métabolome

a7: polyamines

a8 : transcriptome

a9: épigénétique

a10: mirnome ou méthylome

a11: histone

Publié dans agriculture, alimentation, environnement, santé, santé et environnement, sciences | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Multiomics reveal non-alcoholic fatty liver disease in rats following chronic exposure to an ultra-low dose of Roundup herbicide /

 

Abstract :

 

The impairment of liver function by low environmentally relevant doses of glyphosate-based herbicides (GBH) is still a debatable and unresolved matter. Previously we have shown that rats administered for 2 years with 0.1 ppb (50 ng/L glyphosate equivalent dilution; 4 ng/kg body weight/day daily intake) of a Roundup GBH formulation showed signs of enhanced liver injury as indicated by anatomorphological, blood/urine biochemical changes and transcriptome profiling. Here we present a multiomic study combining metabolome and proteome liver analyses to obtain further insight into the Roundup-induced pathology. Proteins significantly disturbed (214 out of 1906 detected, q < 0.05) were involved in organonitrogen metabolism and fatty acid β-oxidation. Proteome disturbances reflected peroxisomal proliferation, steatosis and necrosis. The metabolome analysis (55 metabolites altered out of 673 detected, p < 0.05) confirmed lipotoxic conditions and oxidative stress by showing an activation of glutathione and ascorbate free radical scavenger systems. Additionally, we found metabolite alterations associated with hallmarks of hepatotoxicity such as γ-glutamyl dipeptides, acylcarnitines, and proline derivatives. Overall, metabolome and proteome disturbances showed a substantial overlap with biomarkers of non-alcoholic fatty liver disease and its progression to steatohepatosis and thus confirm liver functional dysfunction resulting from chronic ultra-low dose GBH exposure.

capture-decran-2017-01-11-a-12-11-02

Etude ci jointe :

Multiomics reveal non-alcoholic fatty liver disease in rats following chronic exposure to an ultra-low dose of Roundup herbicide

 

 

Publié dans agriculture, environnement, santé, santé et environnement, sciences | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

An integrated multi-omics analysis of the NK603 Roundup-tolerant GM maize reveals metabolism disturbances caused by the transformation process

 

Une nouvelle étude conteste les mesures utilisées pour estimer l’innocuité des OGM avant leur mise sur le marché.

Abstract :

Glyphosate tolerant genetically modified (GM) maize NK603 was assessed as ‘substantially equivalent’ to its isogenic counterpart by a nutrient composition analysis in order to be granted market approval. We have applied contemporary in depth molecular profiling methods of NK603 maize kernels (sprayed or unsprayed with Roundup) and the isogenic corn to reassess its substantial equivalence status. Proteome profiles of the maize kernels revealed alterations in the levels of enzymes of glycolysis and TCA cycle pathways, which were reflective of an imbalance in energy metabolism. Changes in proteins and metabolites of glutathione metabolism were indicative of increased oxidative stress. The most pronounced metabolome differences between NK603 and its isogenic counterpart consisted of an increase in polyamines including N-acetyl-cadaverine (2.9-fold), N-acetylputrescine (1.8-fold), putrescine (2.7-fold) and cadaverine (28-fold), which depending on context can be either protective or a cause of toxicity. Our molecular profiling results show that NK603 and its isogenic control are not substantially equivalent.

Introduction:

The application of genetic engineering (GE) to modify edible crops is often advocated as one of the most important scientific advances to improve farming systems and feed the world in a more sustainable manner1. GE has been used to create crops adapted to abiotic stress, resistant to pathogens, with a longer shelf life, or with enhanced nutritional properties. However, commercialization of these traits is currently minor. Agricultural genetically modified (GM) crops are dominated by plants engineered to tolerate application of a herbicide or/and to produce their own insecticides2. A total of 180 million hectares of GM crops are currently cultivated worldwide on around 1.5 billion hectares constituting approximately 10% of global arable land3. Approximately 80% of GM crops have been modified to tolerate application of and thus accumulate glyphosate-based herbicide residues without dying in order to facilitate weed management.

Regulations for the release of genetically modified organisms (GMOs) of any kind in a country are covered by the national biosafety regulations of that nation. Guidance on risk assessment (RA) aim at identifying and avoiding adverse effects by early detection and proper evaluation of intended and potential unintended changes in a GMO. These should be detected and identified at early stages of RA, often referred to as “hazard identification”. Hazard identification is essential to the RA process as it sets the foundation of what is considered or observed in later steps in the risk assessment process4. In the US, the Food and Drug Administration considers GM technology as an extension of conventional breeding and GMO crops are deregulated once nutritional and compositional “substantial equivalence” is demonstrated5. The set of parameters and analyses necessary to declare a GMO as substantially equivalent to its conventional counterpart is still vague and focuses on a restricted set of compositional variables, such as the amounts of protein, carbohydrate, vitamins and minerals. GMOs are then declared substantially equivalent when sufficient similarities appear for those selected variables6. Remarkably, while a majority of GMO crops have been modified to withstand and thus accumulate a herbicide without dying, analysis for residues for such pesticides are neglected in compositional assessment7.

Recent technologies used to ascertain the molecular compositional profile of a system, such as transcriptomics, proteomics, metabolomics, epigenomics and mirnomics, collectively referred to as “omics technologies”, are used extensively in basic and applied science8. Comparative omics analyses have been performed comparing GMO crops and their isogenic counterpart. A number of them have shown metabolic disturbances from potential unintended effects of the GM transformation process in Bt maize9,10,11,12, glyphosate-tolerant soybean13,14,15, potato16, cotton17 and rice18. However, these studies do not report consistent or coherent results, which can be explained by the use of a variety of genetic backgrounds and/or different growth conditions, as well as variations in the technologies and threshold levels applied19. Indeed, the majority of authors of these types of studies conclude that the statistically significant changes observed between the conventional and the GM varieties are not biologically significant because they fall into the range of variations obtained in the comparisons between different conventionally-bred varieties, and under different environmental conditions11. However, other authors conclude that observed differences could reflect biologically significant, GM transformation process induced changes in protein profiles12 or metabolism20 when appropriate near-isogenic controls were applied and test crops grown at the same time and location to avoid differences brought about by variable environmental conditions20. Currently, no regulatory authority requires mandatory untargeted molecular profiling omics analysis to be performed but some acknowledge their potential relevance for food and feed derived from GM plants with specific metabolic pathways modified, or in situations where a suitable comparator is not available4,21.

Despite being declared to be ‘substantially equivalent’, off target effects have been observed in non-target species for Bt toxin-producing GMO crops22,23,24. Additionally, laboratory animal feeding trials performed with some GM plants in comparison to the non-GM counterpart have been proposed to provide evidence of ill-health effects. Several laboratory studies consisting of 90-day feeding trials in rodents have been conducted to evaluate the safety of GMO crop consumption25,26. These investigations have frequently resulted in statistically significant differences in parameters reflective of disturbances in various organ systems and in particular liver and kidney biochemistry, but with interpretation of their biological significance, especially with respect to health implications, being controversial27,28,29. Such differences in outcome in such laboratory animal feeding studies could have multiple sources including the presence of GMO-associated pesticide residues30,31.

In an effort to provide insight into the substantial equivalence classification of a Roundup tolerant NK603 GM maize, we have performed proteomics and metabolomics analyses of NK603 (sprayed or unsprayed with Roundup) and isogenic maize kernels (Fig. 1). We used a TMT10plex™ isobaric mass tag labelling method and quantified proteins by Liquid chromatography-tandem mass spectrometry (LC-MS/MS). The metabolome profile was determined by ultrahigh performance liquid chromatography-tandem mass spectroscopy (UPLC-MS/MS). Altogether, our integrative analysis shows that the GM transformation process used to generate NK603 maize caused deep alterations in the proteome and metabolome profiles of this crop and results in marked metabolic changes. We conclude that NK603 maize is not compositionally equivalent to its non-GM isogenic counterpart as previously claimed.

Figure 1: Flowchart of the experimental procedure.

From: An integrated multi-omics analysis of the NK603 Roundup-tolerant GM maize reveals metabolism disturbances caused by the transformation process

 

srep37855-f1

======>>

Mesnage, R. et al. An integrated multi-omics analysis of the NK603 Roundup-tolerant GM maize reveals metabolism disturbances caused by the transformation process. Sci. Rep. 6, 37855; doi: 10.1038/srep37855 (2016).

L’article dans Le Monde :

L’évaluation de la toxicité des OGM remise en cause

An article in The Times :

Millions face health risk from ‘toxic’ GM crop

 

Publié dans agriculture, alimentation, environnement, santé et environnement, sciences | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

TRIBUNAL MONSANTO – La Hayes 14-15-16 octobre2016

Je m’appelle Juan Ignacio Pereyra, avocat argentin spécialisé en droit environnemental. Je vais participer au Tribunal International Monsanto. C’est une nécessité vitale, pour protégér notre planète, qui est notre maison à tous, la santé des populations et la vie. Si vous êtes pour cette initiative, soutenez-la, et si vous le pouvez, aidez-la financièrement.” http://fr.monsantotribunal.org/donate/

 

Former UN rapporteur on the Right to Food and law professor Olivier de Schutter explains the importance of the @MonsantoTribunal. « It shall provide a forum for the victims of Monsanto. Secondly it shall help develop international law. Thirdly we are now in a stage in which very important choises should be made as to how agricultural production should develop. Shall we move to larger monocultures that rely on fossil energy, pesticides and genetically modified food or shall we move towards diversified farming systems that respect the ecosystems and can be highly productive as they work with nature rather than against nature? » Sign your support here: www.monsanto-tribunal.org/sign

 

« I am Fabián Tomasi, 50 years, and I was poisoned by chemicals, spread by these monsters. They stole my future. » Moving statement from Argentina. Don’t stand aside, support: www.monsanto-tribunal.org/sign

Publié dans agriculture, environnement, Organisations, santé et environnement, sciences | Tagué , , , | Laisser un commentaire